Avertir le modérateur

« Technologies d’un futur improbable… | Page d'accueil | Nicolas Sarkozy : à l'ouest ? »

samedi, 05 avril 2008

OBJECTIF LUNE

dc507f5a67361953a3bfb0320cb90402.jpgJe me souviens ... dans un très vieux numéro d'Hara-Kiri, alors mensuel, d'une de ces illustrations en pleine page, avec une vieille photo noir et blanc, austère mais explicite, légendée "le suppositoire qui marche tout seul".
On y voyait un de ces petits obus intimes (fortement grossi), pourvu de quatre membres articulés, des pattes mécaniques orientées "dans le sens de la marche" qui, en dotant cette forme galénique traditionnelle de propriétés complètement nouvelles et de perspectives pratiques proprement vertigineuses, permettaient au lecteur (adolescent pré pubère que j'étais)  toutes sortes de spéculations fascinantes sur le fonctionnement et l'usage de ce qui était présenté comme un notable progrès technique, de nature à grandement faciliter la vie quotidienne et le confort d'innombrables utilisateurs futurs, bref la santé publique et par là le bonheur des français, que dis-je, de l'humanité !

Le souvenir perplexe et songeur de cet objet mythique ne m'a plus quitté depuis .

Avec donc cette réminiscence toujours présente à l'esprit, il me semble que tous ces remarquables progrès techniques que nous rapportait ici-même, dernièrement, le professeur cui-cui, toutes les promesses de lendemains décomplexés dans une économie enfin totalement libérée des malveillances et des menées subversives (qui nous privent encore de ses bienfaits multiculturels et multimédiatisés) ; toutes ces belles prouesses techniques que nos élites politiques et nos savants les plus éminents ont eu le discernement de mettre enfin à notre disposition; tout cela pourrait sans doute être utilement remplacé, malgré tout, dans les circonstances difficiles que nous affrontons, par une mobilisation de notre effort national.

Une mobilisation civile et civique de tous et de toutes permettant sans plus de délai la mise au point, et la mise sur le marché par nos industriels nationaux, de cette remarquable invention française que fut le suppositoire qui marche tout seul.

Nous connaissons tous, et nous avons su apprécier (j'ai eu l'occasion de le signaler sur ce même blog dernièrement) les efforts multimédiatiques, de telle chaîne de télévision "de maçon", pour faciliter le transit intestinal de ses usagers par une action constante et déterminée visant à fluidifier ses programmes, et  mettre l'accent sur les vertus neuro-laxatives qui faisaient déjà la réputation de sa production.

De nombreux autres exemples d'efforts louables de ce type peuvent être constatés, un peu partout, sur la scène politique et médiatique nationale, mais il s'agit encore d'efforts dispersés, insuffisants et encore incohérents car fruits de l'initiative privée.
Face à la montée des périls, au déclin qui menace, les bonnes volontés de nos mécènes désintéressés et télévisuels et autres magnats bienveillants de la presse, leurs efforts constants et répétés , soucieux de la chose publique et de l'intérêt supérieur de la communauté nationale, toute cette magnifique énergie dépensée sans compter par nos élites, tout cela ne peut hélas suffire à nous ... délivrer.

L'état doit prendre ces choses en main.08dfe44a6cc41c6db5de42af8671be37.jpg
 
Faute de crédit, en ces temps de disette budgétaire, et en attendant les effets (retard) du choc fiscal qui dans un premier temps a requis de vider les fonds de caisse de l'état (il faut savoir faire des sacrifices pour préserver l'avenir de nos enfants) , nous devons concentrer nos efforts et les circonscrire à des objectifs précis, d'efficacité et de portée sociale maximale, fondamentaux mais accessibles à nos finances publiques.
 
M. Fion nous l'a bien expliqué : point de rigueur mais un usage plus scrupuleux des ressources publiques. C'est la ligne que la sagesse libérale nous dicte , sans contredit, avec l'approbation massive de l'opinion, et l'appui de la communauté scientifique qui nous a bien fait savoir que l'avenir était dans la recherche fondamentale (et néanmoins appliquée) et les nanotechnologies.

Or, le génie français, quand on prend la peine de le chercher où il faut : dans l'inépuisable réserve de la production de nos magazines et l'abondance du riche vivier symbolique qu’elle a constitué au fil de ses publications, recèle  des ressources qui nous permettent de mettre en actes ce projet salvateur d'une nation toute entière rassemblée.

Quoi de mieux inscrit dans le domaine des nanotechnologies fondamentales que le suppositoire qui marche tout seul, grâce à ses petites nano-pattes mécaniques !?

Un évènement d'une portée symbolique incalculable est donc devant nous, à portée de fondement.

Françaises, français, exigeons que cette initiative de recherche devienne une priorité nationale.

Oui, c'est possible, ensemble ...605b7818de1e0a1f6b057363aeaae959.jpg

 

 Urbain

Commentaires

Hara-kiri
La première fois ou ce journal est passé entre mes mains j'étais en corse.
J'avais moins de 10 ans et un copain m'a fait découvrir la cave.
C'était un endroit secret dans une cave d'immeuble et nous devions prononcer me mot de passe pour y pénétrer.
Un peu comme chez les francs-maçons.
Mes brumeux souvenirs me rappellent la présence de bougies et de nombreuses revue, dont Hara-Kiri.
En feuilletant cette revue, je suis tombé sur une pub du professeur Choron. Celui-ci vantait les mérites du rideau de douche-papier- hygiénique et la photo d'un type se torchant avec m’avait plongé dans une grande perplexité.
Je me souviens des filles à poils qui faisaient à l'époque le délice des pubères et pré-pubères, présence qui devait justifié le choix éditorial des tauliers de la cave en question.

Écrit par : odm | samedi, 05 avril 2008 14:03

Tout ça pour dire que le génie français est sans limite !

Écrit par : odm | samedi, 05 avril 2008 14:20

Ecrit par : odm | samedi, 05 avril 2008 14:03

C'était pas la cave où , quelques temps après , vint se réfugier un certain Colonna ?

Écrit par : urbain | samedi, 05 avril 2008 15:20

Passe le bonjour à la souris.
Je répéte : " passe le bonjour à la souris "
Pour Colonna, je crois pas, trop prêt de la prison de Borgo.

Écrit par : odm | samedi, 05 avril 2008 15:30

c'est une poire à lavement?

Écrit par : Pamela de Barres | samedi, 05 avril 2008 15:52

A la demande du Maître de séant (sic), j'enlève les superbes fesses de la statue pour le suppo à pattes :-))

Écrit par : agathe | samedi, 05 avril 2008 16:06

Merci agathe.
Je pense que ça peut contribuer à éclaircir le débat .

Écrit par : urbain | samedi, 05 avril 2008 16:14

Si je comprend bien, auparavant dans les magazines il y avait des débats de fond..

Écrit par : Pamela de Barres | samedi, 05 avril 2008 16:16

Ecrit par : Pamela de Barres | samedi, 05 avril 2008 16:16

Il y avait du fondement, mais derrière, dans les rédactions, parfois des trous de balles.

Écrit par : adrien (de rien) | samedi, 05 avril 2008 16:39

vous en voulez, vous allez en avoir, bande de p'tits saligots !

In peto

Pet de vierge, pet d’ânesse
Pet de bouche de la grande Otéro
Pet dans la soie aux rondeurs chair
De Gala, ma longue endormie

Pour qui mon coeur bat et battra
Comme orage qui jamais n’éclate
Pour qui mon coeur bat et battra
Ô Gala, ma longue endormie

Pet de souris de la Joconde
Pétri de vapeurs fécondes
Le pet cubiste n’éxiste pas
Le pet cubiste n’existe pas

Seule la douceur sied au pet
Pet sur la terre aux femmes de grande volupté
Le pet cubiste n’éxiste pas
Le pet cubiste n’existe pas

Pet sur la toile de Miro
Qui peignait tout sans rien y voir
Poursuivait la forme à l’odeur
Mélangeait les couleurs au pif

Pet rond, pet bleu, pet de cosaque
Qui fleure la vodka et le grain
Pet de géant (ou) pet de nain
Grand vent de noroît ce matin

Seule la vigueur sied au pet
Pet sur la terre aux hommes au pas chaloupé
Le pet cubiste n’éxiste pas
Le pet cubiste n’existe pas

Larguez tous les pets-roquets
Les pets-roquets et le grand cacatois
Le pet cubiste n’éxiste pas
Le pet cubiste n’existe pas

Du cratère où il nous guette
Nous voit, nous sait, nous épie
Il est notre divin mystère
Notre dernier souffle de vie

Dans la chaleur et la poussière
En habits d’or, le torrero
Face aux cornes gonflées de la bête
A pété juste avant l’assaut

Seule la douleur sied au pet
Pet sur la terre a l’âme du grand Manolette
Le pet cubiste n’éxiste pas
Le pet cubiste n’existe pas

adrien (de rien, si si, non, vraiment ya pas d'quoi), j'enverrais bien aussi le mps mais ch'sé pô comment qu'on fait

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:07

le mps

oups, mp3

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:07

OBJECTIF LUNE

urbain… veux tu dire (à mots couverts) dans ce billet que, lorsque la droite pointe la lune, le PS s'en mord les doigts ?

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:09

dans ce billet

oups, dans ce délicieux billet

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:10

dans le hara kiri des tous débuts, il y avait aussi cet excellent proverbe de cavana:
"qui mange des clous se torche avec des tenailles"

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:12

dans le hara kiri des tous débuts, il y avait aussi cet excellent proverbe de cavana:
"qui mange des clous se torche avec des tenailles"

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:12

dans le hara kiri des tous débuts, il y avait aussi cet excellent proverbe de cavana:
"qui mange des clous se torche avec des tenailles"

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:12

Ecrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:12
Ecrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:12

ben… hips… v'la qu'j'ecris double…

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:14

et apparemment, je parle tout seul… adieu monde cruel

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:19

triple!
après ça ce sont les petites bêtes rampantes
hic!
http://www.alcoweb.com/alcoweb/front/Controller?controller=InterligoController&action=loadPage&codeRubrique=114&codePage=281

Écrit par : Maghnia | samedi, 05 avril 2008 17:20

raté a cause d'une greve EDF !

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:20

Ecrit par : Maghnia | samedi, 05 avril 2008 17:20

d'ailleurs moi aussi
je voyais des fesses dans l'temps qui ressemblaient à deux cocons de ver à soie
maintenant j'en suis à un cafard tout vert
hic!

Écrit par : Maghnia | samedi, 05 avril 2008 17:23

Ecrit par : Maghnia | samedi, 05 avril 2008 17:20
http://www.delirium.be/photo/logo/lien/delirium%20cafe.JPG

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:25

Ecrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:07

Ben j'en sais rien non plus !!!
Tu peux essayer de passer par ça :
http://muxtape.com/

Et coller le lien final ici quand c'est fait...

Écrit par : adrien (de rien) | samedi, 05 avril 2008 17:35

http://boomp3.com/

Écrit par : f | samedi, 05 avril 2008 17:50

Pas mécontent de voir Urbain plonger dans le bain !

Après "Hooga Hooga" en 2007 sur ce comédien américain dont je ne me rappelle plus le nom, que de chemin parcouru !

La prochaine oeuvre ? Dans un an et demi ?

Expérience 2008 réussie en tout cas. Elle mériterait d'être reconduite cette année...;)

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | samedi, 05 avril 2008 18:06

Ecrit par : adrien (de rien) | samedi, 05 avril 2008 17:35

ok adrien, je tente le muxtape

cliquez sur moi,cliquez sur moi,cliquez sur moi,

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 18:10

Ecrit par : adrien (de rien) | samedi, 05 avril 2008 17:35

alors la, respect…

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 18:15

le lien de f marche aussi, bob !
garde les deux sous la main pour la prochaine fois !

Écrit par : adrien (de rien) | samedi, 05 avril 2008 19:06

HS/

Internet
Madmundo.tv, espace audiovisuel participatif au service des citoyens
Le réseau journalistique Madmundo ouvre un nouveau site qui favorise les interaction avec les internautes

Ils sont du Brésil, d'Algérie, d'Afrique du Sud, du Sénégal, des Etats-Unis, de France, du Maroc... Ils sont confrontés à la solitude, la maladie, la discrimination sexuelle ou raciale, le handicap, l'intolérance, les effets de la mondialisation ; s'interrogent sur la corruption, les politiques d'immigration, la gestion du terrorisme, la dégradation de l'environnement. A tous ces problèmes et situations qui affectent la vie des citoyens, les journalistes et documentaristes de Madmundo.tv proposent leur savoir-faire ainsi que des outils interactifs d'investigation, de réflexion et d'échanges.

Conçu en 1998 par le journaliste Patrice Barrat, président de l'agence de presse Article Z et fondateur de l'ONG Bridge Initiative International, le réseau citoyen et professionnel Madmundo vise à susciter la création de communautés - internautes, acteurs des sphères éducatives et associatives ou professionnels de l'audiovisuel... - autour d'enquêtes mises en ligne. Une attitude, un format multimédia relayé sur divers sites Internet et un mode de récit qui engagent le spectateur " à réaliser que, pour tous ces thèmes majeurs qui font notre actualité, il n'y a pas une vérité univoque à découvrir, mais une vérité évolutive qui dépend grandement de la relation entre les uns et les autres, et les amène à changer ", explique M. Barrat.

NOUVELLE ÉTAPE

Une personne incarne un thème sur lequel l'équipe de Madmundo part enquêter. Aux différents stades de cette investigation, la personne est connectée avec d'autres citoyens qui vivent une situation similaire, ainsi qu'avec ceux qui ont le pouvoir d'agir (institutionnels, politiques, législateurs...). Chahinaz : Quels droits pour les femmes ? ; Sinesipho : Pourquoi dois-je mourir ? (sur le sida) ; Ellen : Quelle réponse au terrorisme ?... Tels sont quelques-uns des documentaires finalisés et diffusés dans le monde sur différents supports - en France, sur Arte et France 5 - et distingués par de multiples récompenses.

Le nouveau site madmundo.tv, ouvert officiellement au public lundi 7 avril, constitue une nouvelle étape. Les internautes pourront participer en vidéo, interagir en complétant les enquêtes par leurs commentaires, dialoguer ou polémiquer avec le protagoniste de l'histoire ou les journalistes. Les contributions vidéo les plus pertinentes pourront même intégrer le documentaire final.

Exposer, comparer, participer, confronter, réagir : sous la devise " me, you, we, all " (moi, toi, nous, tous), madmundo.tv entend " convaincre les faibles que les choses peuvent changer, et ceux qui ont le pouvoir que les choses doivent changer ", selon M. Barrat.

Valérie Cadet

madmundo.tv

© Le Monde

Écrit par : UnePiste | samedi, 05 avril 2008 19:30

Désolé de réagir tardivement, j'étais un peu accaparé par ailleurs .
Je le suis un peu moins, j'en profite donc pour remercier tous ceux qui m'ont prodigué leurs encouragements, et grâce à qui le suppositoire va pouvoir poursuivre son inéluctable marche en avant , tout seul mais avec vous .
Bref "ensemble".

Écrit par : urbain | samedi, 05 avril 2008 19:57

" Et tu connais le nom de l'inventeur du suppositoire ?
- Non...
- Henry Welcome. Ca ne s'invente pas. Et la plupart des gens mettent le suppo à l'envers. Il faut d'abord enfiler le bout plat, puis pousser sur le bout arrondi. Comme ça, si après ça se rétracte, il ne peut pas revenir en arrière.
- Dans ce cas, pourquoi ils ne font pas directement deux bouts arrondis ?
- Ah..., je ne sais pas... "

(copyright Lewis Trondheim)

Écrit par : Kijû | samedi, 05 avril 2008 20:13

Kijû
;-))

Écrit par : Maghnia | samedi, 05 avril 2008 20:22

Ecrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 17:09

Voilà, en clair, ce que je veux dire :
l'eau ferrugineuse : OUI,
le suppositoire qui marche (tout seul) : OUI,
le PS , ou l'UMP ( les suppositoires qui coincent ) NON !
Et tout cela , encore une fois, au nom de l'intérêt supérieur de la santé publique et aussi bien ... de la nation.

Écrit par : urbain | samedi, 05 avril 2008 21:10

le PS , ou l'UMP ( les suppositoires qui coincent ) NON !

les suppos de satan, quoi

Écrit par : bob | samedi, 05 avril 2008 21:16

Satan m'habite disait Bouyxou ( cf Molinier) , dans leur cas ( PS/UMP) ça tend surtout à la nullité absolue ( et l'annihilation réciproque) .

Écrit par : urbain | samedi, 05 avril 2008 21:33

My Lord un petit mot sur John Charles Carter alias Charlton Heston

Écrit par : Pamela de Barres | dimanche, 06 avril 2008 09:57

"Quelque chose" qui marche tout seul...
http://www.alicebot.org/

Chat with A.L.I.C.E.
http://www.pandorabots.com/pandora/talk?botid=f5d922d97e345aa1

La version pour ODM :

Chat with GOD
http://alicebot.org/igod/

Et aussi
Chat with Charlton Heston :
http://www.absoluflash.com/jeux-tir/jeux-tir-gun.shtml

Écrit par : f | dimanche, 06 avril 2008 11:35

My Lord un petit mot
Ecrit par : Pamela de Barres | dimanche, 06 avril 2008 09:57

Américain

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:20

Les journalistes dressent ce matin le portrait de l'acteur en ultra-conservateur vice-président de la NRA. Pour rétablir un peu d'équilibre, rappelons que dans les années 60, il a accompagné plusieurs fois Martin Luther King lors de marches pour les droits civiques, notamment celle de Washington en 1963. Que le parti Démocrate lui avait proposé le siège de sénateur de Californie en 1969. Qu'il avait refusé le rôle de Jim Bowie dans "Alamo" à cause des convictions politiques de John Wayne. Qu'après l'assassinat de Bob Kennedy, il avait appelé à un contrôle plus strict de la circulation des armes à feu, etc.

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:41

Définitivement marqué par son personnage de "Quand la marabunta gronde".
Déjà sa partenaires féminine ( sublime E.Parker) met en évidence ses tendances névrotiques psycho-rigides , qui iront en s'accentuant.

Écrit par : urbain | dimanche, 06 avril 2008 12:47

Ecrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:41


Un glissement étonnant au fil des ans.
Mauvaises fréquentations, sans doute.

Écrit par : agathe | dimanche, 06 avril 2008 12:47

rigides , qui iront en s'accentuant.
Ecrit par : urbain | dimanche, 06 avril 2008 12:47

Exactement, la rigidité. La plus belle scène pour symboliser cette évolution, c'est la fin du "Cid" d'Anthony Mann : Charlton Heston, déjà mort, statufié, réifié, chargeant sur son cheval...

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:52

Charlton, pour le prolétaire que je suis, c'est la scéne de ce vieux charlton devant la statue de la liberté à demi-enterrée, dans la planète des singes.
Les autres films évoqués ici, jamais vus!
Désolé d'être si simple.

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 13:47

chers amis, pour conscientiser les masses, va falloir s'interresser à leur culture.

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 13:50

Car la culture des masses est un territoire inexploré.

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 13:55

Et pourtant fort interressant !

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 13:55

Ecrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:41

oui c'est dans les années 70 qu'il bascula dans le camp républicain et soutint en 1980 son ami Ronnie à la présidence des Etats-Unis..Il s'engagea aussi au coté des "pro-life" et comme président de la NRA, défendit avec acharnement le deuxième amendement..
My LORD, il fut aussi Jason Colby dans Dynasty;-))

Écrit par : Pamela de Barres | dimanche, 06 avril 2008 13:57

Ecrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 12:41

et puis vint "will penny le solitaire" vu à l'époque comme l'un des premiers westerns écolos mais aussi ode à la légitime défense (violence).

Ce qui est amusant, c'est que, dans se film, il se défend et extermine sans armes ou presque

Écrit par : bob | dimanche, 06 avril 2008 14:12

Ecrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 13:47

Bon, Charlton Heston dans "La Planète des singes" alors ;-) , avec sa fin militant pour l'arrêt de l'escalade militaire et le contrôle des armes (!)
Un film étrange, dont la première demi-heure surtout est étonnante, qui a compté dans la carrière de Charlton Heston et n'aurait peut-être pas existé sans son intervention. Les producteurs exigeaient une star au générique ; Charlton Heston, non content de donner son accord, amena dans ses bagages le réalisateur Franklin Schaffner. Il y avait peut-être dans la volonté de l'acteur de jouer le rôle de Taylor un sens de l'ironie, un goût du masochisme. Heston était encore au sommet de sa gloire, le public l'associait encore à l'image du héros national invincible, maîtrisant sans faille les événements, à la virilité indubitable (bref une figure en fait déjà dépassée, survivance des années 50 ; de la même façon le modèle classique du récit cinématographique était entré en décadence au début des années 60). Cette virilité affirmée avait déjà été entamée discrètement (allusions à une homosexualité latente ou refoulée : dans "Ben Hur", l'indication de jeu donnée à Stephen Boyd (Messala), "tu es amoureux de Ben Hur", à l'insu de Heston comme on l'a prétendu, ou pas ; dans "La Soif du mal", film dans lequel Janet Leigh est moins l'épouse de Heston que la troisième pointe d'un triangle amoureux chargée de transmettre les messages échangés par Quinlan/Welles et Vargas/Heston). Cette fois, cette virilité du héros hestonien est spectaculairement battue en brèche : il passe tout le film humilié, battu, déshabillé en public, menacé plusieurs fois d'être castré, réduit à l'impuissance, son intelligence est mise en doute (il est privé de parole suite à sa blessure à la gorge), etc. Heston incarne un scientifique misanthrope ayant fui l'humanité et son époque et, ironie du sort, parce qu'il est dans la position du dernier représentant de sa civilisation, en devient l'ardent défenseur.
"La Planète des singes", film qui raconte aussi (superficiellement) une histoire de communautarisme, dans une Amérique en plein doute, en plein Vietnam, à une époque où Charlton Heston manifestait aux côtés de Martin Luther King.

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 14:58

(je délire un peu sur "La Soif du mal", mais Charlton Heston y est déjà un héros auquel les événements échappent quelque peu)

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 15:24

Ecrit par : bob | dimanche, 06 avril 2008 14:12

"Will Penny", pas vu, je guetterai l'occasion d'une prochaine projection ; pour le moment ce sont les magnifiques films de Kijû Yoshida que les Parisiens ont le bonheur de découvrir

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 15:33

En ce moment, Kijû Yoshida est interviewé sur France Inter (émission "Cosmopolitaine")

Un site mis en migne par Carlotta ici :
http://www.yoshida.fr/

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 15:55

" Pendant un mois, je suis à Paris avec ma femme l'actrice Mariko Okada. Je suis très flatté et reconnaissant de cette rétrospective au Centre Beaubourg, d'autant plus que je ne suis pas encore mort, et qu'habituellement on rend ce type d'hommage aux cinéastes disparus. Si j'en suis heureux ? Heureux ou malheureux, je ne sais pas, car une rétrospective posthume permettrait aux critiques de juger mes films d'un oeil neuf. Ici, on me donne la parole et je crains que le public ne prenne mes propos comme une vérité absolue, ce qui risque de limiter la portée de mes oeuvres en empêchant un regard neuf sur elles. Or, ce que je souhaite, c'est que chacun pose le doute sur mes paroles, et choisisse de regarder les films sans préjugés, avec un regard neuf, en faisant abstraction des critiques, jugements, et du marketing, comme j'aime le faire lorsque je regarde des films, et et que je m'intéresse à la gestuelle, à la prunelle de l'acteur, qui en dit davantage sur le film.
Je suis celui qui fabrique le film, mais c'est le public qui le rend vivant, car tant qu'un film est vu, il reste vivant et se ravive à chaque fois. Entre moi et le public, il y a le film et le cinéma. Le film meurt dès que le public cesse de le regarder, et lorsqu'on dira de mes films qu'ils sont dépassés, ringards, alors ils seront vraiment morts. "
(Kijû Yoshida, sur France Inter)

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 16:06

Merci lord ;-)

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 16:15

Ecrit par : Kijû | samedi, 05 avril 2008 20:13
°°
allez j'y vais et merci à Kijû (Yoshida? ce lui dont les parisiens ont le bonheur de découvrir les magnifiques films?:-))


Perspicace Maghnia ;-))

Écrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 16:40

"La suppression de 130 emplois au quotidien Le Monde et dans ses suppléments, dont les deux tiers au sein de la rédaction, se fera par l’intermédiaire d’"un plan de départ volontaire et d’un plan de départ contraint". Les entités "déficitaires ou non stratégiques" que le groupe entend céder sont Fleurus Presse (groupe d’édition jeunesse), les Editions de l’Etoile (société éditrice des Cahiers du Cinéma), le mensuel Danser et le réseau de librairies spécialisées en littérature religieuse La Procure."

Les Cahiers du Cinéma...
Mais ça fait déjà longtemps que c'est cuit.

...........

Dans le sujet :

"De nombreuses recherches tendent vers la nanotechnologie, vers la miniaturisation ultime. Celle d'un David Blair, de l'Université d'Utah aux États-Unis, en biologie moléculaire par exemple. Ce chercheur étudie les bactéries qui se propulsent au moyen d'un flagelle (filament faisant office d'hélice). Les bestioles possèdent un moteur moléculaire de 25 nanomètres (25 millionièmes de millimètre) qui fait tourner le flagelle à 18'000 tours/minute. Moyennant quoi, une bactérie de taille moyenne se déplace de 30'000 nanomètres par seconde. Pour l'instant, David Blair n'a pas réussi à décortiquer la totalité des processus motorisés mais a mis à jour le système d'injection du carburant (il s'agit d'un canal à protons)."

Le problème du carburant semble être réglé.

Écrit par : f | dimanche, 06 avril 2008 22:00

Ecrit par : f | dimanche, 06 avril 2008 22:00

Enfin une bonne nouvelle !

Écrit par : urbain | dimanche, 06 avril 2008 22:24

C'est plus rapide qu'un spermatozoïde ?

Écrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 22:30

Le seul espoir de survie de la presse "d'opinion" et d' "information" c'est de proposer un contenu "original" et "signifiant", donnant une forme au réel qu'elle est réputée renseigner ( je n'aurai pas la cruauté de lui demander en plus d'être créative ).
C'est donc mal parti pour elle, et ça fait plus de 25 ans de ça.
Pour les cahiers du cinéma, ils ne peuvent pas changer grand chose au fait qu'ils n'ont ( presque) plus d'objet dont ils pourraient rendre compte, et ça fait plus de 35 ans de ça ...
Mais il y a tant d'autres choses passionnantes et instructives à lire .

Écrit par : urbain | dimanche, 06 avril 2008 22:31

Ecrit par : odm | dimanche, 06 avril 2008 22:30

Nous verrons ça lorsque nous pourrons passer à la phase expérimentale.
Veux-tu participer aux essais ?
Imagine : tu pourrais être le Turcat du suppositoire qui marche tout seul.

Écrit par : urbain | dimanche, 06 avril 2008 22:32

Pourvu qu'il n'en soit pas le Thomas Selfridge...

Écrit par : f | dimanche, 06 avril 2008 22:59

Ecrit par : Lord Nithorynque | dimanche, 06 avril 2008 16:40

L'ironie est la bravoure des faibles et la lâcheté des forts. [A. Berthet]

Écrit par : ojos negros | lundi, 07 avril 2008 08:41

pour changer un peu de léon BLOY et vous faire découvrir un auteur plus contemporain, mais aussi pour donner un coup de main à notre inénarrable cuistre en chef du quai d'orsay, voici donc un portrait du capitaine pirate, par Gideon Defoe ( un expert ):

"[…] Le vacarme était tel qu’aucun des pirates ne remarqua que les portes de la coquerie s’étaient ouvertes : le capitaine pirate en personne montait sur le pont. Il avait fière allure avec sa veste d’intérieur marron et sa chemise blousante qu’il n’avait boutonnée qu’à moitié pour découvrir les poils soyeux de son torse. Ils luisaient presque autant que ceux de sa barbe luxuriante dont presque tout l’équipage pensait qu’elle était une des sept merveilles du monde océanique.

Si l’on avait demandé aux pirates d’établir la liste complète des sept merveilles du monde océanique, ils n’auraient pas hésité â citer, par ordre croissant:
1) le phare de Pharos; 2) le colosse de Rhodes; 3) la crique de Lulworth; 4) ces sortes de méduses luminescentes; 5) les homards; 6) les filles en bikini; 7) la fantastique barbe du capitaine pirate.

— Que diable se passe-t-il, misérables pourceaux?! cria le capitaine pirate.

Ses hommes s’époussetèrent, et le pirate avec un crochet à la place de la main, tout penaud, se débarrassa de sa voile et cessa de hurler comme un fantôme.

— Désolé, dit le pirate habillé en vert, on discutait juste de la forme des nuages quand le mât est de nouveau tombé.

Le capitaine pirate enjamba les débris de mât el de gréements enchevêtrés et jeta un coup d’oeil au nuage que les pirates regardaient. Il fit claquer sa langue d’un air pensif.
— Il ressemble, dit-il après une courte délibération, à mon nez de stentor avec une bouteille de grog juste à côté.

Les pirates hochèrent la tête et se frappèrent le front, parce que c’était exactement ce à quoi le nuage ressemblait le plus et, à présent, ils voyaient tous ce que le capitaine pirate avait voulu dire.

— Ecoutez, les gars. Regarder les nuages, c’est très bien, dit le capitaine pirate d’une voix sévère, mais certains d’entre nous ont un important travail de pirate à accomplir. Alors essayez de faire moins de bruit. Pourquoi ne vous entraîneriez-vous pas à faire des nœuds ou un truc silencieux dans le même style.

Puis il fronça les sourcils, balança un coup de sabre dans le vide et disparut derrière les grosses portes en chêne de sa cabine. Elles se refermèrent violemment et l’une d’elles sortit de ses gonds, ce qui atténua légèrement l’effet recherché par le capitaine pirate."

Extrait de "les Pirates ; dans une aventure avec les baleines"
éd. le dilettante

avec des éléments aussi significatifs, les profileurs du quai d'orsay devraient pouvoir conduire correctement la négociation.

Écrit par : urbain | lundi, 07 avril 2008 11:27

Je tiens a préciser, pour allié l'utile au futile, qu'un suppositoire s'introduit par le coté non arrondi.
La photo de l'article incite à un fonctionnement non optimal de l'intrusion de l'objet.

Écrit par : antoine | lundi, 07 avril 2008 13:33

Un peu comme la flamme olympique...

Écrit par : f | lundi, 07 avril 2008 13:39

Bonjour tout le monde !

Écrit par : Larim | lundi, 07 avril 2008 13:51

L’antique flamme d’Olympie, accueillie à Paris par un Sarkozy qui fait dire à Rama Yade et démentir par Bernard Kouchner qu’il pose des conditions en matière de droits de l’homme pour honorer de sa présence la cérémonie d’ouverture pékinoise, n’avait point encore été ressuscitée par Pierre de Coubertin lorsqu’il organisa la première compétition moderne à Athènes en 1896. L’idée vint au comité hollandais, lors des Jeux d’Amsterdam, en 1928. Mais alors la flamme fut allumée dans le stade, et ne bougea pas. Il en alla de même en 1932. Son transport par course de relais depuis Olympie fut donc une invention nazie et, très probablement, hitlérienne.

Il est aujourd’hui difficile de cerner la part personnelle du Führer dans cette décision, le travail sur archives publié récemment par Daphné Bolz montrant seulement l’imbrication étroite, dans la préparation des Jeux, du comité olympique allemand, animé par Carl Diem (non inscrit au parti nazi mais néannmoins très raciste), et du ministère de la Propagande, dirigé par Goebbels. Si on ajoute que Diem fit le siège de Leni Riefenstahl pour obtenir sa participation et que celle-ci, ne "sentant" pas le film, commença à le sentir dès qu’il fut question de Grèce et de flamme, si on se souvient de la place, dans l’idéologie nazie comme dans les goûts festifs du Führer, et de la Grèce antique, et du feu, on voit que la course de ce flambeau n’a guère d’autre inventeur possible.

Le sens de ce transport de feu, immortalisé par le prologue du film, va bien au-delà d’une glorification du Reich pour sa bonne organisation d’un événement sportif et même d’une mise en scène factice de son désir d’entente avec les autres nations. Il faut y voir surtout une illustration de la prétention du nazisme à reprendre le flambeau de la Grèce païenne et esclavagiste, ainsi qu’une préfiguration inversée de sa croisade de 1941 vers le monde slave et la mer Noire.

Paris accueille en ce 7 avril 2008 un objet de propagande légué par Hitler et Goebbels.

http://www.delpla.org/

Écrit par : Godwin forever | lundi, 07 avril 2008 14:40

Bon je vais faire dans le HS, désolé, mais il m'est arrivé une histoire très bizarre hier...

Je prenais le TGV, je m'assois à ma place, retire mon blouson, et dessous je portais une veste noir floqué d'un grand drapeau tibétain sous-titrée 'Liberté au tibet".

Un homme la cinquantaine, vient me voir à mon siège et me demande "ou avez vous acheté votre veste ?", je lui réponds sur un site internet. Il me demande le lien internet, et de lui envoyer par mail. Il me passe sa carte et repart à sa place. Voici ce qu'il ya d'écrit sur sa carte :
"Direction général des industries
Secteur Asie,
Ministère de l'économie, des finances, et de l'industrie".
et l'email indiqué sur la carte est bien un email en @indus.gouv.fr.

Il repart à sa place...Il revient deux minutes après, me tend un objet en me disant "Ca c'est une vraie.". Et je vois dans sa main, sous mes yeux, une plaque de police (genre badge à l'américaine), avec des écritures chinoises sur l'étui en cuir. Il me précise "Police pékinoise".
Je prends un air interrogé, et je demande " et ?".
Il repart, petit sourire en coin à sa place, et me dit de loin "c'est un ami qui me l'a donné", enfin il me semble que c'est ce que j'ai entendu.
A la sortie du train, j'ai vite tracé ! En remontant le quai vers la sortie, j'ai croisé un flic en civil (mais révolver apparant sur le pantalon) qui courrait vers les wagons 2nde classe (dont celui ou j'étais sorti).

Je ne sais pas ce qui voulait exactement, je n'ai pas saisi ses intentions. Je ne sais pas si le flic en civil croisé après est lié à ça (je suis un brin parano, il faut dire...je lie vite les chose entre elle...). Je ne sais pas si il voulait enqueter sur ce site, sur mon email, si il souhaitait m'intimider avec sa plaque. Je ne sais pas du tout quoi en tirer, sauf si ce n'est que je trouve ça bizarre qu'un mec de ministère de l'économie, dans le secteur industrie, et le secteur Asie, me sorte une plaque de police chinoise...

Écrit par : Larim | lundi, 07 avril 2008 14:49

pour Valdo :

http://rue89.com/2008/04/07/cher-brice-je-ne-vous-salue-pas-des-lettres-a-hortefeux-au-theatre

------------------------------------------------------------

pour Larim :

中国警察是到处, 并且中国间谍观看我们

Écrit par : un pékin | lundi, 07 avril 2008 15:25

Ouaip,
J'ai hésité à en parler sur le net...

Si je reviens pas dans quelques mois, c'est qu'ILS m'ont eu !
arf !

Écrit par : Larim | lundi, 07 avril 2008 15:33

@larim
pour moi, tu t'es bien fait avoir....
c'est de l'intimidation, ou du foutage de gueule...pas de secteur asie sur le site du ministère...
de plus, si le gars veut te pister, il va pas te dire "je suis de la police chinoise, donne moi toi adresse !"

Écrit par : gloria | lundi, 07 avril 2008 18:17

Ok mais je me suis fait avoir pourquoi ? j'ai rien dit, rien donné lol !

J'avais pas la carte sous les yeux cette aprem.
C'est exactement écrit :
Francis W*****
Chargé de mission
Asie
Direction Générale des entreprises.

Non mais j'ai pas dit qu'il voulait me pister ou quoi, j'ai dit c'était bizarre. Justement j'ignore c'était quoi le but. Ce dont je suis sur, c'est qu'il m'a pas demandé l'adresse pour se commander une veste pro-tibétaine. Ou alors il a très mal choisi son taff...

Écrit par : Larim | lundi, 07 avril 2008 20:36

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu