Avertir le modérateur

« De l'application des méthodes du Front National aux blogs | Page d'accueil | Hortefeux lance les médias du coeur »

lundi, 10 mars 2008

Les municipales... Et après ?

De nombreuses réserves accompagnent le succès, ou demi-succès de la gauche institutionnelle au soir du premier tour des élections municipales et cantonales.

La première d’entre elles étant l’équivoque qui depuis les présidentielles entoure le PS comme un nuage toxique attaquant ses lignes et désorientant ses troupes, laissant l’électeur déconcerté. Un nuage qualifié d’« ouverture » par ses partisans et de débauchage éhonté par ses détracteurs. L’ouverture est malsaine lorsqu’elle consiste à débaucher des gens du camp d’en face pour les faire travailler à la gloire du camp (provisoirement) victorieux. C’est un très mauvais coup porté à la cohésion des rangs, elle-même associée à une ligne politique claire et susceptible de recueillir l’assentiment du citoyen lambda mué en petit soldat des urnes.

Depuis les présidentielles, les sympathisants de gauche ont vécu cette vente à la découpe du noyau incompressible de l’identité de gauche, accomplie tant par les transfuges, que par la droite, que, et c’est le plus désolant, par les caciques du PS. Ces derniers s’entre-déchirant dans un concours de beauté où le plus libéral semblait devoir décrocher la timbale de la « modernisation » (autre mot piège) du PS et, pourquoi pas, de la gauche bien pensante. Une «rupture» qui se traduirait par un rapprochement des lignes du PS et de l’Ump sur un certain nombre de thèmes (sécurité ; valeur travail…). Perspective qui est, semble-t-il, plébiscitée par une partie de l’électorat, déboussolé de cette formation éclatée et dont la référence plus ou moins revendiquée à un libéralisme musclé tient lieu de ligne de rassemblement à ses dirigeants par ailleurs très hostiles les uns aux autres.

N’a-t-on pas été jusqu’à entendre la Maldonne des sondages réclamer une alliance nationale PS-Modem pour le second tour ? Ce qui augure d’une réforme du parti qui tire à droite. Pour tout ceci, les résultats de ce premier tour n’incitent pas à éprouver une joie sans nuage.

Et cependant, on doit tout de même admettre l’intérêt de cette remontée en puissance de la gauche, avec à côté d’elle l’arrivée encore timide d’une nouvelle force à sa gauche, quant à la symbolique de la reconquête possible qu’elle induit chez les citoyens de cette famille politique.
On peut sans doute y voir l’effet inverse de la lamentable période de basses eaux que les élections présidentielles et législatives ont pu provoquer au sein de cet électorat. A entendre les leaders du PS hier, on ne pouvait manquer d’être agréablement surpris par la reprise dans leurs propos de l’ensemble des thèmes d’actualité politique et sociale qui sont au cœur des préoccupations desFrançais, et surtout des plus modestes, et qui sont le fond de commerce un temps oublié par ses élus de la gauche dans sa globalité. C’était un peu comme si les responsables de la gauche institutionnelleavaient ouvert le journal avant-hier, pour la première fois de longs mois voire années, afin de prendre connaissance de la situation que vivaient leurs concitoyens. Et là, miracle. Ce parti sans idées trouvait devant lui un cadre tout prêt à l’emploi qui, le hasard faisant bien les choses, s’articulait comme tout naturellement avec ce qu’il est censé défendre : une société pour tous, une solidarité réelle, des institutions au service de l’intérêt général. Bref, tout ce que le pouvoir de droite avait passé par pertes et profits, profitant d’une intense préparation des esprits sous la gauche comme la droite, tendant à faire passer la solidarité pour de l’assistanat et les personnes en difficulté pour des profiteurs du système.

Maintenant, la question se pose de savoir si cette prise de conscience de ce grand amnésique qu’est le PS sera durable ou simplement éphémère ? Plus concrètement, la promesse, lancée par certains leaders de gauche, de faire des collectivités locales, plus qu’un simple contre-pouvoir, mais un véritable pouvoir initiant une politique qui soit en mesure de proposer une résistance voire une alternative – évidemment en tenant compte des moyens limités des collectivités territoriales – à la politique de casse de la droite, sera-t-elle davantage tenue que celle qui voulait faire des régions les laboratoires d’une politique de gauche ?

Nous avons quatre ans pour en juger. Espérons que quelques mois ne suffiront pas pour constater, une fois de plus, que cette perspective a été jetée aux oubliettes, comme les précédentes.
       
   Off   

Commentaires

et une royale.. une!
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/municipales2008/actu/314656.FR.php?rss=true&xtor=RSS-450
et une veste.. une!
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/municipales2008/actu/314805.FR.php

Écrit par : Maghnia | lundi, 10 mars 2008 13:25

Ben alors, Maghnia, rien à dire sur Toulouse ?
Nous on s'y est mis, et on a la trouille !

;-)

Écrit par : adrien (de rien) | lundi, 10 mars 2008 13:28

Ecrit par : adrien (de rien) | lundi, 10 mars 2008 13:28


Toulouse ville de gauche .. mes fesses!!!..
j'ai peur d'avoir honte.. voilà ce que j'ai à dire!
le FN a bien joué en se retirant
et dimanche ce sera le coup de grâce
"de grâce".. de grasse oui!
les porcs!!!!!!!!!!

Écrit par : Maghnia | lundi, 10 mars 2008 13:37

Comme d'habitude, les papiers et les commentaires du village , mon cher Off ont un temps d'avance sur les analyses, à court terme que j'ai lu ou écouté sur les ondes...

C'est le cas de votre contribution mon cher Off qui se termine par un optimisme de bon aloi, mais malgré votre espoir, j'ai tout de même noté, lors du débat d'après résultat du soir à la télévision et de ce matin, que les langues de bois, dans tous les états majors avaient été cirées, lustrées, patinées !

Les mêmes, les Devedjian, Fabius, Dati, Lagarde, Copé, Sarnez, et même Besancenot déversaient sur chaque chaîne les arguments fournis par les staffs de leurs états majors politiques !
Ces propos étaient si affligeants, si plats, si répétés, si mal interprétés avec un sourire si con de façade, que je me suis dit : "non ! Décidémment, les uns et les autres n'ont pas changé !

Et lorsqu'on examine les résultats, quand on voit les Copé, les Jégo, les Balkany, les branquignols de Neuilly, les Gaudin passer ou risquer de passer les doigts dans le nez, je me dis que dans ce pays, il n'y a plus grand chose à faire... Quand à Juppé dont je ne conteste ni le bilan, ni le succès, j'attends fébrilement de savoir s'il respectera sa promesse de refuser le cumul : on pourra alors discerner, s'il est un "honnête homme" selon la définition de Montaigne ou un politique prêt à renier une parole donnée pour son ambition personnelle.

Quant à la grande abstention dans les grandes villes, elle est symptomatique de la dégénérescence des politiques actuels. Il est important de bien séparer les résultats entre les villes de plus de 20 ou 30.000 habitants et les villages ou l'étiquette politique ne signifie pas grand chose...

Si une grosse vague ne vient pas bouleverser le 2ème tour, alors, le renouveau politique, je vous l'affirme, ne sera pas pour demain...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 13:40

Les municipales... Et après ? (off)

mais aussi : Les municipales... Et pendant ?

A en entendre beaucoup à la TV hier soir, la VRAIE, la GROSSE, la SEULE, l'UNIQUE (inique?) question, était bien : Scrutin local, juste pour le problème des crottes de chiens, ou enjeu politique National ?
ou, en d'autres termes :
Option 1/ je me prends une dérouillée (relative ou absolue, peu importe) :
=> scrutin local qui ne remet absolument pas en cause les réformes entreprises dont auxquelles il a été voté massivement pour en Mai en la personne incarnante de N.S.

Option 2/ j'ai enfin un succès électoral, j'ai réussi l'union un peu mieux que d'hab. => scrutin national, avertissement au gouvernement, vous voyez, on vous l'avait dit, etc…

soit donc d'un côté, de braves Français "qui savent faire la part des choses", "appellent un chat un chat" et "un élu local un élu local". Bref, des gens qui "savent rester à leur place"
Ou, si vous préférez, quelqu'un qui, quand il monte dans sa voiture, se préoccupe de où il va (localement) mais surtout pas du fait que sa voiture pollue (mondial) ni même que le principe des assurances automobiles est vraiment devenu un rackett (national)

ou, en d'autres termes encore : comment réduire un individu (car c'est bien ce que nous sommes) à la seule comprehension du lieu dans lequel il évolue sans imaginer que, forcément, il ne peut réfléchir le territoire OU il vit en dehors des problématiques du monde DANS LEQUEL il vit ?

Le local / le mondial, l'immensément grand / l'immensément petit, le yin et le yang, un homme et une femme, partir… revenir, il y a des jours… et des lunes, edith et marcel, le bon et les méchants, la vie… l'amour… la mort, hasards et conséquences…

ben v'la que j'sais plus… je doute, je doute…

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
est revenu chez lui et garde ses moutons

le troupeau dans l'étable est déjà endormi
Moralité: la Toison dort

(librement adapté de J. du Bellay)

place maintenant à la poésie du Marché
http://www.ronsard.fr/

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 14:20

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 13:40

hélas, le renouveau politique n'est pas comme les saisons ou les lever de soleil, il ne revient pas tout seul.

c'est à se demander si on ne devrait pas souhaiter que toutes les aides (assedic, rmi, et tous les autres) ne soient enfin supprimées pour que les opprimés de ce monde plein de délicatesse se lèvent enfin pour tout mettre par terre.
when you've got nothing, you've got nothing to loose

mais bon… enfin, rêvons un peu (encore !!!!!)

http://fr.youtube.com/watch?v=3FoZUtbd3ng&feature=related

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 14:30

Ecrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 14:30

Vaut il mieux reconstruire du neuf sur un champs de ruines ? Du passé va t-il falloir faire table rase ? Et qui le fera ? Les citoyens avec leurs crédits à payer ?

Les élections, piège à cons ?

En tout cas, aussi loin que je regarde, je n'ai pas l'impression que le paysage politique français soit particulièrement motivant pour l'avenir... Et quand je me mets dans la peau d'un jeune de 20 ans, il y a de quoi pleurer !

Pas franchement le moral aujourd'hui...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 14:49

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 14:49

Du passé va t-il falloir faire table rase ?

pas du passé, du futur

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 14:55

Excellente synthèse off qui nous ouvre un bien mince filet d'espoir, une toute petite goutte d'espoir bien fragile.

HS/
es grands fonds d'investissement américains vacillent. Eux aussi subissent aujourd'hui le contrecoup de la crise des subprimes, ces crédits immobiliers à risque accordés à des foyers précaires. Eux aussi ont beaucoup investi dans ces valeurs spéculatives qui ont déjà coûté beaucoup d'argent aux banques et mettent en péril la croissance américaine.

Le plus affecté est Carlyle, souvent nommé aussi le "fonds de la famille Bush", parce qu'elle y détient d'importants intérêts et que nombre de ses dirigeants lui sont, ou lui ont été, liés.

Sa filiale spécialisée dans les titres hypothécaires, Carlyle Capital Corp. (CCC), a été suspendue, vendredi 7 mars, à la Bourse d'Amsterdam. Elle avait, la veille, plongé de 58,3 %. Ce fonds spéculatif gérait 21,7 milliards de dollars (14,2 milliards d'euros) de titres hypothécaires assis sur les emprunts alloués par les deux premiers financiers cotés de l'immobilier aux Etats-Unis : Fannie Mae et Freddy Mac. Incapable d'honorer des appels de marge - c'est-à-dire d'obtenir des crédits bancaires pour assurer la valeur des titres qu'il détient -, CCC a dû vendre ses junk bonds ("obligations pourries") en catastrophe, enregistrant au passage de fortes pertes.

CCC a annoncé vendredi "n'exclure aucune option possible". Pour beaucoup, cette phrase signifie qu'un dépôt de bilan n'est pas impossible. Ses dirigeants devaient se réunir lundi matin en urgence. Un analyste de Citigroup, Donald Fandetti, indiquait au Wall Street Journal, samedi, que sa "mise en faillite" n'était pas exclue.

extrait de Le MONDE

HS/

Écrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 15:05

ou, sous une autre forme :
comment fédérer, regrouper, unir, ce qui refuse de l'être sous les bannières actuelles?

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 15:06

Bonjour à tous! Vous cherchez une bonne dose de réjouissance immédiate? Le Vanneste est défait dès le premier tour. Et il conchie le Minibush en le rendant responsable:

Christian Vanneste (Tourcoing) : "Il y a un désaveu de la politique nationale et du Président"

Christian Vanneste, candidat UMP malheureux à Tourcoing (59), n'a recueilli que 30% des suffrages face au candidat socialiste Michel François Delannoy qui remporte la mairie dès le premier tour avec 53,5%. Le député UMP affirme que ce mauvais résultat est dû à un style Sarkozy. "La politique ne doit jamais s'approcher de l'argent [...]. Ca ne dégoute pas les électeurs de Neuilly, peut-être, mais ça dégoute ceux de Tourcoing".

Écrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 15:13

En tout cas, aussi loin que je regarde, je n'ai pas l'impression que le paysage politique français soit particulièrement motivant pour l'avenir... Et quand je me mets dans la peau d'un jeune de 20 ans, il y a de quoi pleurer !

Pas franchement le moral aujourd'hui...

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 14:49

une ébauche de réponse ?
les municipales… et avant à grigny (merci McLain)

http://www.lepost.fr/article/2008/03/03/1108366_grigny-en-direct-de-l-emeute.html

les municipales… et près à grigny (re-merci McLain)
http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/3817/grigny.shtml

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 15:35

Enfin une bonne nouvelle pour le pouvoir d'achat, pas de pain mais des jeux. Le gouvernement Fillon va t'il s'emparer de cette baisse ?

Le prix de la Xbox 360 baisse
Le groupe Microsoft a annoncé qu'il allait réduire de 80 euros les prix de sa console de jeux vidéo Xbox 360 en Europe, qui devient ainsi moins chère que la Wii de Nintendo, pour conquérir un public plus large dans un continent où il peine à s'imposer.

C'est la deuxième baisse, après celle survenue en août, depuis le lancement de la Xbox 360 fin 2005: la version entrée de gamme, dite "Arcade", sera proposée à partir du 14 mars à 199 euros, contre 279 euros actuellement. "C'est la console nouvelle génération la plus abordable: 200 euros de moins, 200 jeux de plus que la Playstation 3" de Sony, et "50 euros de moins que la Wii pour deux fois plus de jeux", en haute définition, a déclaré François Ruault, directeur de la division grand public de Microsoft France, lors d'une conférence de presse.

Les autres versions de la Xbox, équipées d'un disque dur de 20 gigaoctets et de 120 Go, seront disponibles au tarif de 269 euros (contre 349 aujourd'hui) et 369 euros (contre 449 euros) respectivement.

L'objectif, a-t-il ajouté, est d'"élargir l'audience sur le marché européen, moteur de la croissance de l'industrie", où Microsoft n'occupe "pas une position dominante", contrairement aux Etats-Unis. Le géant américain espère mieux rivaliser avec les japonais Nintendo, loin devant avec sa populaire Wii, et Sony qui a relancé les ventes de sa PS3 en baissant fortement ses prix en octobre.

Source : AFP

Écrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 15:35

Avec ce lot de consolation livrera-t-on le jeu "sarkocassetoiconnard", ce must de la série Doom-like où il s'agit de massacrer le plus d'adversaires à distance. Un gage est donné à tout joueur touchant son ennemi au corps à corps.

Écrit par : Xboy | lundi, 10 mars 2008 15:39

Ecrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 15:35

Elle est toujours à 500 euros la PS3..

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 10 mars 2008 15:51

Ecrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 15:35
Je vois pas....Si j'ai bien lu, malgré les manips de la droite visant à agiter le thème de l'insécurité, la gauche gagne. Quel est le problème?

Écrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 16:04

le pape s'emmêle

"La consommation de drogues, la pollution ou les injustices sociales et économiques sont parmi les nouveaux péchés "à résonnance sociale, en raison de la mondialisation".

Écrit par : bonnemère | lundi, 10 mars 2008 16:28

Ecrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 16:04

La gauche ne gagne pas, elle remonte un peu!!!! il n'y a pas à faire du triomphalisme; combien de villes gagnées dès le premier tour? et puis les tractations de l'entre- deux tours pourraient être fatales aux espoirs de victoire à Caen, Marseille et autres...

Écrit par : Pamela de Barres | lundi, 10 mars 2008 16:28

Ecrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 15:05
& cui cui

A dire vrai, je ne sais s'il faut espérer. Il me semble que le jeu est fermé. La politique est l'affaire des professionnels. Les citoyens sont simplement ces supports mobiles que l'on sort lorsqu'on a besoin qu'ils transportent les bulletins de vote jusque dans les urnes afin que les puissants, les décideurs, les professionnels de la politiques se partagent les postes qu'il faut bien occuper pour faire marcher le tout. C'est un peu le bout du bout où nous en sommes arrivés par des décennies de "démocratie" routinisée, de politique livrée aux mains des experts.

Ce n'est pas une fatalité. Mais ce modèle a la force de l'habitude, qui n'est jamais que le fruit empoisonné de la démission citoyenne. Les représentants ne représentent plus que les experts de la parole publique et de la décision publique qu'ils sont devenus.

C'est dire qu'il ne saurait y avoir de changement dans cette machine bien huilée, dont les "ruptures" ne font qu'accentuer les traits, que par un changement radical de thématique, soit du discours et sinon des axes traditionnels de l'action politique, du moins des angles sous lesquels ils sont traités, laissant entrer l'air d'autres logiques, d'autres questionnements autour de la chose publique, le vivre ensemble, le modèle de société.

Se contenter d'adapter au mieux les "ressources" humaines et matérielles de la société pour le plus grand profit des entreprises et de l'économie est un aspect peut-être nécessaire mais en tous les cas insuffisants pour permettre de faire surgir le citoyen dans le paysage de l'action publique.

Procéder de la sorte, c'est au contraire assujettir le politique à la grammaire et aux logiques de l'action privée. Les politiques ne semblent pas l'avoir pris en compte, eux qui ne s'adressent aux citoyens que dans les termes du consommateur, du producteur, du destinataire de l'action publique. Le projet politique est obscurci oar ces considérations somme toute relatives à la survie.

Il suffirait de mettre un mot, peut-être à l'horizon de toutes ces activités et ces pratiques pour entamer un processus de fond qui en changerait la face.

Cléopâtre où es-tu ?

Écrit par : off | lundi, 10 mars 2008 16:32

Ce mot (avant dernier paragraphe) est le cousin de celui de "société". Il s'agit de "solidarité", qui est l'ingrédient distinctif de la forme démocratique de l'organisation sociale.

Écrit par : off-oups ! | lundi, 10 mars 2008 16:36

Ecrit par : off | lundi, 10 mars 2008 16:32

Ma soeur n'est pas reine d'Egypte et sont nez est bien petit, mais avec une liste citoyenne de gauche sans parti, ils viennent de faire 46% (26% ump et 28% ps) et ils risquent de prendre une ville de 10000 habitants à droite depuis bien avant que je sois née. Bien sûr d'un point de vue national, c'est une toute petite victoire citoyenne, une toute petite goutelette et dans cette mondialisation marchande, une infime poussière.

Accessoirement, c'est un peu chauvin et fraternel, mais cela me fait bien plaisir.

Écrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 16:42

Bonne nouvelle en effet. Les petits ruisseaux....

Écrit par : néoffite | lundi, 10 mars 2008 16:44

Les petites lueurs...

http://fr.youtube.com/watch?v=lcl2e6sTVig&feature=related

Écrit par : nef | lundi, 10 mars 2008 16:50

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 10 mars 2008 16:28
Allons, allons, Pam. Sans triomphalisme, il faut se rendre à l'évidence!
Je répondais à Bob: la gauche gagne à Clichy sous Bois. Et aussi, d'ailleurs, sur l'ensemble du pays (47% des voix contre 40% environ). Je sais bien, rassure toi, ce sera difficile à Marseille et à Toulouse et à Strasbourg et à Colombes. Mais pas à Paris! ;-))))

Écrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 17:00

Ecrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 15:35
Je vois pas....Si j'ai bien lu, malgré les manips de la droite visant à agiter le thème de l'insécurité, la gauche gagne. Quel est le problème?

Ecrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 16:04

pas "la gauche" en tout cas celle à qui aujourd'hui on donne ce nom.

Regarde les noms de la liste "PDG" qui fait 20%… "que des racailles de quartier" ? non, juste des jeunes qui en ont marre et qui ont compris que, pour ne plus etre en marge, le seul moyen c'est d'écrire sa page tout seul . Alors évidemment, de gauche, ils le sont "de fait", mais pas "de carte"

http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/3817/grigny/493/liste-prendre_parti_grignois.shtml

Écrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 17:45

Ecrit par : robert humbley | lundi, 10 mars 2008 17:45

A ouais, c'est au nom des gens qu'on voit qu'une liste est de gauche? C'est aussi avec ce genre d'arguments que l'extrême droite propose des noms "bien de chez nous".

D'ailleurs, regarde la liste de l'Union de la gauche, elle est aussi bien je trouve.
http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/3817/grigny/494/liste-unis_actifs_pour_grigny.shtml

Écrit par : etrun | lundi, 10 mars 2008 18:40

Dans les petites réjouissances, le PC et la gauche de la gauche si promptement enterrés par nos éditorialistes si pressés d'enterrer les "archaïsmes français" sont bien vivants (et en seine St-Denis, le PC est pratiquement partout devant le PS en cas de primaires!) Ça fait partie des petites joies de ce scrutin pour moi (comme d'ailleurs la remontée des verts et la baffe pour le Modem à Paris)

Écrit par : Valdo | lundi, 10 mars 2008 19:36

Ecrit par : Valdo | lundi, 10 mars 2008 19:36

Disons la gauche "tout court" ( ceux qui ne considèrent pas l'économie de marché et la société du spectacle comme l'horizon inéluctable et indépassable des générations futures) , le reste ( le PS notamment) c'est désormais la gauche de droite ( ou la gauche du modem si tu préfères ) ... pour moi s'ils prenaient une bonne claque eux aussi, ça laisserait espérer que quelque chose se passe ... un évènement comme dirait Badiou .

Écrit par : urbain | lundi, 10 mars 2008 20:23

Merci off

Ces élections : La tiédeur du mécontentement, la tiédeur vers la pseudo-gauche et quelques reports tièdes sur le rouge....
Ca se traîne...

Écrit par : agathe | lundi, 10 mars 2008 20:43

Ecrit par : agathe | lundi, 10 mars 2008 20:43

Tu as raison Agathe ! Cette tiédeur, je dirais même cette moiteur de l'électorat me dégoûte à un point !!!

Je suis un démocrate pur et dur mais j'ai le droit de ne pas aimer les choix de ce peuple comme je peux détester la robe qu'a mis ma bien-aimée ! Cela ne m'empêche pas de toujours l'apprécier...

Je veux espérer que le 2ème tour prendra la tournure d'une gigantesque orgie sexuelle, mais j'ai des doutes...
Le peuple a besoin de Viagra ®, mais je ne vois à gauche que des placébos.

Je me suis surpris en regardant la télé lors de l'après élection à grogner contre tous les politicards merdeux de droite et de gauche qu'on ne cesse de nous offrir en spectacle !

Ils sont navrants, minables, peu crédibles et même pas brillants ! Ils ne savent que réciter, que dis je ânonner, des slogans bien appris mais fort mal interprétés !

Pourquoi le cacher ? J'ai honte de la classe politique française présente actuellement sur nos médias... Où sont les bretteurs d'antan ? Que sont devenus les orateurs qui retournaient l'opinion d'un seul discours ?

Cette médiocrité ambiante représente bien le peuple que nous sommes devenus...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 21:56

cui cui

Tiède ;-))

Écrit par : agathe | lundi, 10 mars 2008 22:02

Respire cui cui, respire

Écrit par : Josélito | lundi, 10 mars 2008 22:22

Cette médiocrité ambiante représente bien le peuple que nous sommes devenus...

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | lundi, 10 mars 2008 21:56

Hélas, je crains que ça ne résume assez bien la situation.
Pourtant on peut encore parfaitement "résister" dans son coin, dans son quartier, dans son cercle d'amis et de relations, dans ses lectures, ses choix et modes de vie, son expression et ses pratiques quotidiennes.
De plus en plus le font.
On appelle ça des minorités agissantes.

Écrit par : urbain | lundi, 10 mars 2008 22:44

Regarder la télé un soir d'élection est mauvais pour la santé...

Info :

La France n'est pas, contrairement à ce qu'on croit, un pays d'immigration mais d'émigration :

http://www.rue89.com/2008/03/10/en-france-le-solde-migratoire-est-en-realite-quasiment-nul

Écrit par : juliette dze | lundi, 10 mars 2008 22:45

"Regarder la télé un soir d'élection est mauvais pour la santé..."

Mais moi, j'adore ça.
La vie des animaux, tout ça.

Désolant au fond, je le sais bien.
Mais le spectacle est bien là.

Arf !

Zgur

Écrit par : Zgur | lundi, 10 mars 2008 23:23

Un logiciel libre pour démocratiser la vidéo
http://www.liberation.fr/actualite/ecrans/314903.FR.php?rss=true&xtor=RSS-450

bonne journée

Écrit par : skalpa | mardi, 11 mars 2008 06:40

Et après ?
Sarkozy à Toulon, avec Hortefeux, pour causer immigration.
Etonnant, non ?

Écrit par : f | mardi, 11 mars 2008 10:50

Sarkozy à Toulon, avec Hortefeux, pour causer immigration.
Etonnant, non ?

Ecrit par : f | mardi, 11 mars 2008 10:50

étonnant que vous vous étonniez

Écrit par : vitefée | mardi, 11 mars 2008 11:03

étonnant que vous vous étonniez

Ecrit par : vitefée | mardi, 11 mars 2008 11:03


même genre de "geste" pour Gaudin à Marseille et plein d'autres (genre maintien d'un tribunal quand un candidat UMP est menacé
http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/politique/200811/marseille-sarkozy-ecrit-a-gaudin_101869.html?popup
a part ça, "Nicolas Sarkozy a déclaré mardi qu'il n'avait pas à s'impliquer dans les élections municipales mais qu'il tiendrait "naturellement compte" des résultats du scrutin dont le second tour a lieu le 16 mars. "Le président de la République n'a pas à s'impliquer dans les élections municipales", a dit le chef de l'Etat, lors d'un discours à la préfecture du Var, à Toulon, avant une cérémonie. "Après le deuxième tour, une fois acquis les résultats définitifs, il appartiendra à chaque responsable politique, et d'abord à moi-même, de tirer les leçons de ces élections", a-t-il ajouté. "Le peuple alors aura parlé. Je tiendrai naturellement compte de ce qu'il aura exprimé", a poursuivi Nicolas Sarkozy." JDD toujours
nous nous souviendrons de ce que tu viens de dire

ce n'est pas parce que ça arrive tous les jours qu'il ne faut pas s'en étonner,
rien de plus salubre que l'étonnement. jouer les affranchis ne favorise pas la révolte.
(cf : les lettres persannes "comment peut-on être Un Mec aussi Pourri?")

du droit à l'étonnement au devoir d'insurrection il n'y a qu'un pas que plus personne n'ose franchir, hélas, sauf parfois en "banlieue"
"Étymologiquement, la banlieue désignait le territoire situé dans un rayon d'un lieu autour de la ville et qui était soumis au « ban », c'est-à-dire à la juridiction de la dite-ville. Le ban est aussi une condamnation à l'exil, au bannissement (du lieu que sont les centre-villes ici)."
"when you've got nothing, you've got nothing to loose"

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 11:30

sur le droit (et devoir) d'insurrection (oops l'avais oublié)

http://indomestique.over-blog.com/article-13777309.html

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 11:35

A prendre au sens de Cyclopède, évidemment.

Parvenir à faire gagner des élections, même mollement, au PS, est tout de même un tour de force.

Un communiqué de la LCR :
http://www.lcr-rouge.org/spip.php?article1224

Écrit par : f | mardi, 11 mars 2008 11:35

Ecrit par : f | mardi, 11 mars 2008 11:35

etonnino, no ?

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 11:37

je serai étonnée le jour où les" résistants" d'ici se révolteront ailleurs que dans leur beau fauteuil.

Écrit par : vitefée | mardi, 11 mars 2008 11:52

Estrosi fais du chantage :

http://www.estrosi2008.com/dotclear/index.php/2008/03/11/268-presse-du-11-mars

En clair : votez pour moi, sinon je reste !

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:25

12h – Toulouse – Le MoDem rejoint (à contre-coeur) l'UMP
La liste MoDem de Jean-Luc Forget, qui a fait près de 6% au premier tour, rejoint finalement Jean-Luc Moudenc, le maire sortant UMP, d'après Le Point. Le problème est que les deux hommes ne s'apprécient guère et qu'une bonne partie de la liste MoDem aurait préféré un accord avec le PS.

Le "à contre-coeur" est particulièrement répugnant.

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:31

Ecrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:31

Ejusdem farinae ...
C'est la même soupe libérale ( UMP,PS,MODEM) , juste plus ou moins salée.
Elections, piège à cons
( dimanche prochain Hidalgo n'aura pas mon vote , je mettrai "le fétiche de la marchandise " dans l'enveloppe ).

Écrit par : urbain | mardi, 11 mars 2008 12:44

Ecrit par : vitefée | mardi, 11 mars 2008 11:52

Tu arrives à lire dans ma tasse à distance ?

Écrit par : fortdecafée | mardi, 11 mars 2008 12:48

Ecrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:31

Le Modem n'est pas la nouvelle force politique qui voulait être différente, ne pas faire de la cuisine éléctorale, refuser d'aller à la soupe comme les autres.. Oui le modem est au centre du bouge et fais la danse du ventre..Ils veulent le pouvoir comme les autres, quelle vanité dans leur attitude....Tout celà me fais rire 10 mois après la vacuité des arguments des bloguers zinfluenceurs pour nous vendre Baïïïrou..
"paskilépaspareil"..

Écrit par : Pamela de Barres | mardi, 11 mars 2008 12:50

Ecrit par : urbain | mardi, 11 mars 2008 12:44

Ce n'est pas "le caractère fétiche de la marchandise" ?
En tout cas ce serait dommage, tu devrais plutôt l'offrir, si tu fais ça j'ai peur que le livre ne finisse à la poubelle !
Mets plutôt une feuille d'arbre, de pq, de pamphlet célinien ou soralien, bref quelque chose qui ne mérite que de finir à la poubelle !

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:54

Internet : avenir de la politique ?

Ou plus généralement :

Peut on convaincre d'être capable d'administrer une mairie lorsque l'on est incapable de tenir un blog ?

http://www.dominiquevoynet.net/v2/index.php/2008/02/19/70-montreuil-vraiment

Écrit par : Marc Louboutin (Mclane) | mardi, 11 mars 2008 13:05

Ecrit par : Marc Louboutin (Mclane) | mardi, 11 mars 2008 13:05

Pour toi c'est la même chose ?
Alors je vais peut-être me présenter dans 6 ans !!!

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 13:10

Ecrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 12:54

Tu as parfaitement raison, d'ailleurs j'avais songé au rapport Attali, mais c'est un peu gros ( pour l'enveloppe) ...
pour "le caractère fétiche de la marchandise", il est accessible sur le net ( comme tous les autres grands textes de Marx , notamment ... "la question juive" ), mais j'ai pas l'impression que les adhérents du PS les aient lus ( ou du moins compris ) pour autant .
En revanche j'ai vendu une exemplaire de "la position du penseur couché " ( de S.Fontenelle ) , ce matin ...

Écrit par : urbain | mardi, 11 mars 2008 13:11

Ecrit par : urbain | mardi, 11 mars 2008 13:11

Ah ! Le raporatali (©® frope) ça aurait eu de la gueule, en effet !!!

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 13:32

Ecrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 13:32

Je l'avais mis ( le raporatali ) au rayon "humour" ( cadeaux un peu cons mais supposés rigolos à offrir quant ne sait pas trop quoi acheter ), à coté de "211 idées pour devenir un garçon formidable" .

Écrit par : urbain | mardi, 11 mars 2008 13:47

Ecrit par : Marc Louboutin (Mclane) | mardi, 11 mars 2008 13:05

Elle se présente à Montreuil!!!! décidément elle aime voyager. En 2001 elle se présentait à Dôle, où elle a été battue par le maire actuel, notable local connaissant la ville et les maisons de retraite..

Écrit par : Pamela de Barres | mardi, 11 mars 2008 14:04

@Urbain

Si le PS savait lire, il saurait réfléchir.

(j'ai pas dit penser...cela deviendrait de la science fiction...

Écrit par : Marc Louboutin (Mclane) | mardi, 11 mars 2008 14:57

Je ne comprends pas, urbain, cette dérision face au rapport attali.
non pas que j'approuve l'esprit de ce document, mais il est essentiel pour comprendre la direction que nous propose la lasse politique Française, Européenne devrais-je dire.

Écrit par : odm | mardi, 11 mars 2008 15:33

la classe qui lasse.....

Écrit par : odm | mardi, 11 mars 2008 15:37

Ecrit par : odm | mardi, 11 mars 2008 15:33

[...]nous propose la lasse politique Française, Européenne devrais-je dire.

lasse...
oui, c'est le mot, nous sommes las...

;-)

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 15:38

Ecrit par : urbain | lundi, 10 mars 2008 22:44

pour info (et pour ceux qui ne connaitraient pas bien l'oeuvre de Peter Watkins,

cinéaste vraiment à part)

http://calenda.revues.org/nouvelle9936.html

après, ce qu'ils projetteront de lui … ce qu'ils en diront, mystère

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 17:50

Ecrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 17:50

Trop tard, c'était hier ;-)

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 18:00

Trop tard, c'était hier ;-)

Ecrit par : adrien (de rien) | mardi, 11 mars 2008 18:00

AAARGG ! GOSH @@&!!!§**!

dommage pour ceux qui ne connaissent pas (encore…)

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 18:10

ce que le temps passe vite, tout de même… sauf peut-être certains quinquénats

Écrit par : robert humbley | mardi, 11 mars 2008 18:11

Le jeux des comparaisons, chez moi !

Écrit par : odm | mardi, 11 mars 2008 18:15

De quoi Sarkozy est-il le son (à écouter en cliquant à gauche) :

http://www.arteradio.com/tuner.html

et bien d'accord avec Paméla 12h20.

Écrit par : juliette dze | mardi, 11 mars 2008 19:05

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu