Avertir le modérateur

« Aux Blogs citoyens ! Noachovitch attaque | Page d'accueil | Séguela et la Corse, une amitié en béton »

vendredi, 29 février 2008

Les pieds nickelés

Je ne sais pas par quoi commencer ce billet...

J'oscille, je balance.

Que choisir ? dilemme..Cruels que vous êtes vous, les hommes politiques, qui ne pouvez exciter mon humeur (mauvaise) qu'en même temps.1fbbc7f4052aefd7f3b66e3e8fc3092b.jpg

Alors tant pis, amis du Village,  vous aurez deux billets pour le prix d'un.

Et si nous commencions par le MoDem ? Car ils sont partout au MoDem..à gauche à droite...et sans dessus dessous. Le seul endroit ou ils ne sont pas, c'est au centre.

Dernier avatar à Lyon. La liste survivante, ou plus exactement celle des maigres rogatons qui n'ont pas encore choisi entre Collomb et Perben est menée par un illustre inconnu. Cette liste serait invalidée parce qu'un des colistiers était déjà sur la liste du FN...
 
C'est déjà ballot de le découvrir, ça l'est encore plus de savoir que la liste des admirateurs des oriflammes à grelots et des nostalgiques du Fort Montluc elle,  serait validée tout simplement parce qu'elle aurait été examinée avant celle du MoDem par la Préfecture...

Crise de rire , une fois de plus, en pensant au MoDem, état de choc pour les Lyonnais qui sont plus proches de Jean Moulin que de Bruno Gollnisch.

A propos d'état de choc, j'ai une pensée pour un abonné fidèle de "60 millions de consommateurs" : Luc Chatel ci-devant ministre de la consommation, qui fait son marché régulièrement, et qui vient de découvrir, seulement, en lisant le bulletin paroissial de l'INC (qu'il nous montre à l'écran comme s'il s'agissait de la Bible ou des confessions de Yoko Ono expliquant comment elle à détruit les Beatles à mains nues), que les prix avaient augmenté. Et de s'indigner : " le lait a explosé" (?!)

 
Oui le lait à explosé...et le ministre est en état de choc. Au point de dire que les yaourts n'auraient du augmenter QUE de 10 %...avec une inflation à 3,9 % en janvier dernier... et ne parlons pas de sa loi dont il explique doctement que si elle n'a pas encore porté ses fruits, ben... c'est parce qu'elle n'est pas encore en vigueur (veinard comme je le sens not'ministre du courrier des lecteurs, d'ici la mise en application, les prix vont baisser)
 
Un ministre de la consommation qui découvre la flambée des prix en lisant le journal, ça nous fait quand même un beau pied nickelé de plus.

Serval

PS: j'ai parlé du centre, de la droite, mais pas de la gauche. C'est normal. A part demander une minute de silence, je ne vois pas ce que j'aurais pu dire dessus.

Commentaires

Finalement, Chatel ne se plaint de la situation que pour mieux mettre en avant tout le travail réalisé par lui-même et son gouvernement pour y mettre un terme. Cela s'apparente en définitive à une auto-promotion de sa réactivité pour le bien des Français. En période électorale, il doit attendre de ce message de substantielles "marges arrières". Oui, en effet, espérons que lui et sa bande l'auront...dans le fion.


Quant au Modem, c'est un parti à la ligne invraisemblable, tantôt allié à la droite, tantôt à la "gauche", il est l'emblème de la naissance de cet hydre qu'est l'UMPS, dont l'organisation en réseau permet tous les passages de l'un vers l'autre.

Belle démocratie que voilà !

Merci à Serval pour ce "superbe texte" (ça c'est pour faire enrager les grognons ! - Cela dit, ce texte est digne d'intérêt pour les thèmes qu'il met en avant et pour la manière mi-goguenarde mi sérieuse dont il les traite).

Écrit par : off | vendredi, 29 février 2008 10:48

Les uns continuent à nous faire croire que leurs magouilles d'appareil ont de l'importance face à la nouvelle désaffection des urnes qui va avoir lieu aux municipales, les autres que les politiques français ont des marges de manoeuvre face à la future crise mondialisée et l'enrichissement des matières premières qu'elle va engendrer.
Ceci dit Lyon vaut bien Neuilly dans la merdouille électorale, en plus du Modem, une liste LCR a été invalidée pour la même raison, une autre liste UMP pour domiciliation d'un candidat dans un garage.

Moi j'offre le prix Pieds Nickelés du Village à Patrick Devedjian, une interview accordée au Figaro qui vaut son pesant de cacahouètes, le mauvais pouvoir d'achat dû aux grèves et l'appel à la vigilance de Dominique de Villepin, j'en rie encore. A mon avis il bat largement Chatel dans la politique pour les Nuls.

http://www.dailymotion.com/video/x4fvik_interview-patrick-devedjian_politics

Écrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 11:30

Tiens, du nouveau sur Môssieur Denis Gautier Sauvagnac. Il fait règler ses frais de justice éventuels par le patronat. Plus un petit golden parachute pour.....motus et bouche cousue? Selon l'agence Reuters, citée naguère par l'Huma, "des prélèvements importants auraient eu lieu lors des présidentielles de 2002 et 2007". Vous avez dit "rupture"???
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20080228.FAP9457/accord_secret_entre_luimm_et_dgs_pour_garantir_son_sile.html

Écrit par : etrun | vendredi, 29 février 2008 12:05

Pour rester dans l'ambiance pieds Nickelés sur l'air de Viens poupoule, Viens poupoule Viens ou mieux

http://fr.youtube.com/watch?v=LldrQxgcDKY

Au Salon de l'agriculture, jeudi 28 février, Carla a atterri dans les bras du premier ministre : "Nous avons choisi ce prénom parce qu'elle est belle et rousse", lui explique Yves de la Fouchardière, le directeur des Fermiers de Loué (Sarthe). Un peu gêné de cette comparaison par trop évidente avec la nouvelle épouse du chef de l'Etat, François Fillon accepte la poule avec le sourire.


M. de la Fouchardière en rajoute devant les journalistes : "Mais je ne sais pas si elle chante juste!" "S'ils s'en occupent bien à Matignon, elle peut pondre un œuf par jour", poursuit Annie Harty, assistante de direction de Loué. Placée dans un carton, Carla est allée rejoindre la montagne de victuailles offertes au premier ministre pendant les quatre heures et demi de sa visite au Salon, tout auréolé de sa popularité. "Ne vous laissez pas remanier !", lui lance un badaud.

Une dizaine de commis de Matignon avaient été préposés à la mission de réception et de stockage des présents, et de leur retour à Matignon. "Et Carla ?", s'enquiert un journaliste, au moment du départ du cortège ministériel : "On va vous la faire bouffer !", s'amuse un garde du corps. Beaucoup plus diplomatique, un porte-parole du premier ministre donne, vendredi matin, des nouvelles de la dernière arrivée à Matignon : "C'est un cadeau de mauvais goût mais on va essayer de la traiter avec tact en la confiant à des amis agriculteurs dans la Sarthe." Cela tombe bien, le premier ministre a prévu de se rendre dans sa circonscription dès le lendemain, où il fait campagne à la mairie de Sablé-sur-Sarthe. Avec Carla dans le coffre ?

Christophe Jakubyszyn- Le Monde


Pour ceux qui s'inquiète j'ai retrouvé Carla.

http://www.dailymotion.com/relevance/search/viens%2Bpoupoule/video/x2odmx_viens-poupoule-viens-poupoule-viens_blog

Écrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 12:20

"PS: j'ai parlé du centre, de la droite, mais pas de la gauche. C'est normal. A part demander une minute de silence, je ne vois pas ce que j'aurais pu dire dessus."

Serval!!!
;-((((((
;-)))))

Écrit par : Maghnia | vendredi, 29 février 2008 13:13

Beaucoup moins drôles parfois les décisions des Pieds Nickelés : les mineurs et la Prison. Quand des lois succèdent aux effets d'annonce musclés et que leur application pied nickelé tue.

Un garçon de 16 ans s'est pendu dans sa cellule à Meyzieu

JUSTICE - Pour la première fois, un adolescent s’est pendu dans un des établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM). Le premier ouvert en France, l’an passé. Cela s’est produit samedi matin, à Meyzieu (Rhône). Il avait 16 ans, avait été incarcéré le 17 décembre. Et s’est pendu au système d’aération de sa cellule. La direction régionale de l’administration pénitentiaire indique que le garçon avait déjà essayé, une semaine après son arrivée. Il s’était alors démis l’épaule en tombant dans sa tentative. Le suicide a été caché tout le week-end aux autres détenus, pour éviter une explosion. Car à Meyzieu, les incidents se multiplient l'ouverture, et la situation paraît intenable...

L’EPM a accueilli ses premiers mineurs le 11 juin 2007. Huit jours plus tard, une partie des locaux étaient mis à sac, à coups de pieds et d'extincteur. Certains éducateurs et surveillants estiment que l’arrivée avait été mal préparée, le «cadre» mal posé. «Nous sommes dans une expérimentation qui change beaucoup le rapport aux lieux, aux règles, défend pour sa part Paul Louchouarn, directeur régional adjoint de l’administration pénitentiaire en Rhône-Alpes. Les EPM présentent des espaces plus ouverts, moins contenants. Cela peut déstabiliser des mineurs qui ont besoin de canaliser leur sentiment d’insécurité».

Aberrations.

L’établissement cumule aussi les dysfonctionnements. Surveillants et éducateurs sont en sous-effectif, et censés travailler en «binôme», ce qui constitue une «révolution culturelle» délicate lorsqu’une partie des éducs découvrent le métier. La Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) fait appel à de nombreux jeunes sortant de formation, et à des contractuels. «Il aurait fallu privilégier une montée en puissance très lente, comme nous l’avions préconisé, pour apprendre à travailler ensemble et s’adapter aux dysfonctionnements», estime Alain Dru, secrétaire général de la CGT PJJ. Au lieu de cela, l’ouverture a été très politique et très médiatique. Il fallait montrer vite que cela fonctionnait». Et depuis, il faut cacher que cela fonctionne mal.

Les professionnels n’ont pas été concertés avant la construction. Résultat : les aberrations s’accumulent. La psychologue ne dispose d’aucun bureau pour les entretiens en tête-à-tête. Elle s’installe au gré des salles disponibles. «Elle va bientôt pouvoir partager un bureau aux services médicaux», rassure Paul Louchouarn. Les éducateurs, censés préparer la sortie des mineurs, ne disposent pas de téléphone pour joindre les familles, les magistrats et les partenaires censés préparer la réinsertion. Pour appeler, ils allaient jusqu’à présent dans le bureau de la secrétaire de l'EPM. Une deuxième ligne a été installée dans un bureau à l’écart.

Hiérarchie.

Dans les premiers temps, les mineurs de Meyzieu ont par ailleurs fait face à une véritable suractivité. Sport, cours, activités culturelles, comme s’il fallait les occuper en permanence. Des journées interminables et qui tranchaient très brutalement avec l'inoccupation du quartier, ou de certains quartiers des mineurs. L’utilisation du temps judiciaire doit aider à préparer la réinsertion, «mais cela les a privé de l’espace de repli, de protection, que peut constituer la cellule, explique un éducateur. Ils étaient constamment en groupe, sous le regard des autres, et cela attisait aussi les tensions».

Le rythme de ces activités a un peu baissé, mais personnels et mineurs découvrent souvent le programme au jour le jour. «Où qu’il soit, un gamin a besoin de savoir le matin ce qu’il fera dans la journée, pointe Jean-Claude Vaupré, de la CFDT Justice. Il a besoin de rencontrer des adultes et des règles claires.» La hiérarchie est par ailleurs perçue par beaucoup comme trop «autoritaire», trop «rigide». Selon un professionnel, «les surveillants, qui étaient très investis dans les quartiers pour mineurs, se retrouvent infantilisés, réduits au rôle d’exécutants.» L’inverse de ce que préconisent les règles pénitentiaires européennes.

Passages à l’acte.

La démobilisation serait forte, et selon les syndicats, les congés maladie et demandes de mutation en hausse. Paul Louchouarn répond que le taux d’absentéisme et de congé maladie est «plutôt inférieur à la moyenne régionale». Mais il concède : «Je ne peux pas nier qu’il peut y avoir une déception par rapport aux attentes de personnels qui sont arrivés très motivés.» Certains surveillants avaient demandé l’EPM pour se rapprocher de Lyon. Tous les autres parce qu’ils voulaient s’investir autrement auprès d’adolescents. «Ils se sentaient éducateurs dans les quartiers pour mineurs, leur fonction s’est considérablement réduite à Meyzieu, observe Jean-Claude Vaupré. Ils se retrouvent à gérer des repas collectifs ingérables. Nous avons alerté de façon répétitive. A présent, il est temps de remettre à plat tout le projet».

La direction régionale relativise les problèmes de violence. Mais un magistrat parle d’un «mélange explosif», d’une «spirale folle». Une surveillante a été envoyée à l’hôpital, cette semaine, par deux des jeunes filles qui viennent de rejoindre l'EPM. «Des mineurs qui ne bronchaient pas en maison d’arrêt deviennent des caïds à Meyzieu», observe un professionnel. La plupart des pensionnaires vont mal. Vendredi 25 février, l’un d’eux a mis le feu à sa cellule, en transformant son tee-shirt en torche pour le jeter dans la cour. Il multipliait les «comportements à risque». Huit jours plus tard, il s’est pendu.

Selon Rachida Dati : "Leur travail et la structure de l'établissement" ne sont "absolument pas remis en cause". L'EMP est "adapté"...

Écrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 13:20

L'affaire DGS, l'ex-patron de l'UIMM, est emblématique de la manière dont les choses se passent au pays de la droite décomplexée. Pour ses serviteurs, les sanctions sont "pour de rire", comme disent les enfants. Avant de faire tomber quelqu'un, on s'assure qu'il a un épais matelas pour le recevoir et amortir sa chute. Certains matelas comportent des ressorts si puissants que le contact corporel avec leur surface suffit à faire suffisamment rebondir la personne qu'elle peut se remettre sur ses pieds illico, non sans avoir préalablement touché le banco.

Ces matelas n'ont qu'un seul défaut : ils sont réservés à une poignée de "bons clients" triés sur le volet.

pour conclure, on remarquera que les chantres de la mondialisation capitaliste qui en acceptent toutes les conséquences, y compris les plus nuisibles lorsque d'autres qu'eux s'y trouvent exposés, sont les premiers - et, de fait, les seuls - à courir aux abris à la moindre menace d'ondée pouvant endommager leur beau costard.

Et personne ne s'en émeut durablement. Un scandale chassant l'autre. La conclusion se limitant à un juron " ah les salauds !" ou peut-être à une appréciation mi-figue mi-raisin reconnaissant, avec un brin d'amertume, leur mérite incontestable à retomber sur leurs pattes. Jamais responsables de rien, au fond, ou alors, jamais en situation d'en mesurer les conséquences sur leur situation personnelle.

Finalement, leur vie, c'est la planque !

Écrit par : néoffite | vendredi, 29 février 2008 13:32

Tu avais raison Serval, le gouvernement possède bien une source sûre : 60 millions de consommateurs

«Il n'est pourtant pas rare que le gouvernement possède les chiffres avant que nous ayons terminé nos enquêtes», persifle un membre de la DGCCRF. D'ailleurs, si la liste des produits étudiés dans la grande distribution est tenue «secrète», personne n'est dupe. Depuis la révélation par «60 millions de consommateurs» de l'évolution des prix, tout le monde ou presque connaît l'inflation subie par un paquet de pâtes, un litre de lait ou encore un pack de yaourts.

Écrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 14:05

Quand l'homme sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt ...

C'est ce qui me vient à l'esprit en lisant votre article. Jubiler sur les déboires du MoDem Lyonnais aux municipales ne changera pas les faits:

- A Bordeaux, 80% des électeurs MoDem suivront la ligne du parti: Juppé devrait passer dès le premier tour.
- A Dijon, scénario inverse avec le PS.

Ceux qui se gaussaient de croire que le MoDem, c'était du 50%-50% commencent à déchanter et à faire de la lèche au MoDem (même Martine Aubry !). Pour un parti ayant 3 mois d'existence, je ne trouve pas ca trop mal non ?

Alors oui, ca cafouille grave à Lyon. Oui, le MoDem est mal barré pour imposer quoi que ce soit à ces élections Lyonnaises. Néanmoins, Lyon n'échappera pas à la règle aux prochaines élections.

Laissons le temps faire les choses ...

Écrit par : Modemien | vendredi, 29 février 2008 14:12

Guy sors de ce corps !

Écrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 14:39

Pour un parti girouette, Lyon, Dijon, Bordeaux, sont en effet de terribles exemples de son inconstance structurelle. Qui s'alliera avec ce tourniquet devra avoir le pied marin et garder le dos contre le mur. Puisque en effet, l'objectif réaffirmé par Bayrou est de constituer à terme une alternative à la droite et à la gauche. Il n'y a pas trente six solutions pour cela. Ou bien s'allier, ou bien rallier. Oui, mais et ensuite ? Là, les choses sont moins claires. La ligne politique de Bayrou reste à droite pour l'essentiel.

Écrit par : néoffite | vendredi, 29 février 2008 15:02

Serval, Un texte sublime destiné à José, j'imagine ?

Ne lésinons pas sur les superlatifs entre nous, sinon qui le fera ?

###############################

Qu'est-ce qui ne va pas cuicui ?
Ecrit par : nef | vendredi, 29 février 2008 00:58


Ma chère Nef, tout va ! Je m'éclate comme figue mûre !

Quand je pense au type sérieux et sentencieux qui pesait chaque mot, à l'époque de Guy, et qui s'appelait "la chouette", mon double Jekylien comme dirait Remarque dont j'ai apprécié l'humour cinéphile... À présent, je suis devenu Hydesque...

Au fait, Nef, j'aimerais bien te lire, un de ces quatre. Il te suffirait de recopier un com tellement ils sont intéressants...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 29 février 2008 15:44

C'est la petite poule qui t'a séduit ?

Écrit par : nef blonde | vendredi, 29 février 2008 16:16

Vous êtes tous morts ? passe que si z'êtes tous morts ça m'intéresse.

Écrit par : nef peut faire le vautour aussi | vendredi, 29 février 2008 17:17

"Le Village - dans les nuages"

ou

"On ne change pas - une équipe qui perd !"

-----

Sur ce, bon vent !

Écrit par : sho[t]gun - fat | vendredi, 29 février 2008 18:30

Ecrit par : sho[t]gun - fat | vendredi, 29 février 2008 18:33

Désolé de vous décevoir, shotgun, mais vu les stats de fréquentation, on est comme la petite bébête : on monte, on monte, on monte.

Bon vent ! Et dommage que vous ne puissiez partager notre joie.

Tout le monde est pourtant bienvenu au village qui n'est pas une secte mais un village multiculturel et multiple ou chacun a sa place !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 29 février 2008 19:12

Bertrand a raison: le Modem doit avoir la correction élémentaire de dire à l'électeur qu'il sollicite au premier tour, avec qui il fera alliance au 2ème. Marielle de S. va faire la sourde, parce que son intérêt est de conserver l'ambiguïté. Mais qu'elle admette que ce n'est pas l'élégance qui étouffe ce (jeune) parti.

Écrit par : etrun | vendredi, 29 février 2008 19:32

Ecrit par : sho[t]gun - fat | vendredi, 29 février 2008 18:30

Au fait, connaissez vous le sens de plaisanteries au second degré et les sentiments d'auto dérision ? Pourtant à vous lire, vous devriez...

Mon post de 15h 44 en était farci... Ne prenez donc pas tout au premier degré, shot !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 29 février 2008 19:39

Ecrit par : Modemien | vendredi, 29 février 2008 14:12

Désolé cher Modemien, je ne jubile pas des déboires du Modem à Lyon. Selon l'expression consacrée, "je me depeche de rire de tout, avant d'avoir à en pleurer".

Parce que ce n'est une avancée ni pour la politique, ni pour la démocratie.

Quant au flou artistique qui fait qu'on s'allie à Bordeaux avec l'UMP et à Dijon avec le PS, elle me laisse assez pantois quand on voit les divergences entre les deux partis.

Le Modem me fait penser à une poule qui vient picorer dans la main de celui qui à la plus grosse poignée de grains. Il n'y a pas de ligne politique définie, pas de position claire, on prend juste le sens du vent.

Comment peut on simplement gérer une ville avec des élus dont on ne sait pas, et en fonction de quoi, s'ils seront vos alliés ou vos adversaires ?

Notons que la gauche à le même problème avec Les Verts (qui sont d'ailleurs les meilleurs atout de Panafieu à Paris quand on voit les Con(tasso)neries ou les Beaupignolades proférées depuis le début de la campagne éléctorale).

quand à l'UMP, il se murmure que leur boulet serait un certain Nicolas S.

Écrit par : Serval | vendredi, 29 février 2008 19:55

cui cui

don't feed the trolls

Écrit par : Serval | vendredi, 29 février 2008 20:00

Ecrit par : Serval | vendredi, 29 février 2008 20:00

It's not a true troll...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | vendredi, 29 février 2008 20:06

oui, c'est un troll de balle

;-))

Écrit par : Serval | vendredi, 29 février 2008 20:15

La pureté.
L'aparté.
Dans cette vie si courte, que de mots.
Sur ce chemin de traverse.
La raison jusqu'à la folie.
Se contenter de l'écume et des larmes.
N'entendre que l'écho de sa voix quand on crie "Papa".
Marcher en écoutant les clameurs et s'attrouper autour de la bagarre.
Etre seul.
Etre seul.
Sans rien, sans lien, dans un présent eternel..sans mémoire et sans espoir.
sans espoir.
Prions !
Buvons et espérons !

Écrit par : odm | vendredi, 29 février 2008 20:30

Total HS:
Mais voici mes images de la semaine:
bon week-end à vous

http://img458.imageshack.us/img458/7674/sarkoflicomolombieyt9.jpg
http://img511.imageshack.us/img511/8727/fuckvuittonzg5.jpg
http://img526.imageshack.us/img526/6017/sarkolobo2wl5.jpg

Écrit par : skalpa | samedi, 01 mars 2008 09:25

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu