Avertir le modérateur

« De l'influence douteuse des épouses italiennes sur nos rois dans l'histoire de France… | Page d'accueil | Martinon, tiens bon !! »

vendredi, 08 février 2008

3 mois de révision

free music
 
 
3 mois pour «complicité d'apologie de crimes de guerre et de contestation de crime contre l'humanité»... avec sursis...comme si la justice avait oublié que déjà en 1968 Le Pen avait  été condamné à deux mois avec sursis pour «apologie de crimes de guerre». Prescription pour l'apologie de crimes imprescriptibles.

Le sursis pour qui  ?

Pour l'auteur ou pour le révisionisme  ?

Le saviez vous, mais le supplice de la baignoire n'est plus une torture. C'est désormais une simulation de noyade dans le cadre légal  d'un interrogatoire poussé...


Alors pour leur rafraichir la mémoire (et surtout le devoir qui va avec) voici trois témoignages de trois époques : Jean-Paul , Denise et Mohamed

Nous dédions les deux derniers de ceux qui ont vu leur vie en sursis à celui qui n'a écopé que du sursis...204a6e4e6cf12bfbceb678d9e800da0b.jpg

« il n'y a pas des espèces humaines, il y a une espècehumaine (...) Que tout ce qui masque cette
unité dans le monde, tout ce qui place les êtres dans la situation d'exploités, d'asservis et impliquerait par là-même, l'existence de variétés d'espèces, est faux et fou; et que nous en tenons ici la preuve, et la plus irréfutable preuve, puisque la pire victime ne peut faire autrement que de constater que, dans son pire exercice, la puissance du bourreau ne peut être autre que celle de l'homme: la puissance de meurtre. Il peut tuer un homme, mais il ne peut pas le changer en autre chose. »

Robert Antelme dans L'Espèce humaine.

 
Serval
sur une idée de Nef

Commentaires

bien sûr HS//
(je serais diplômée es HS, ok?)

http://www.dailymotion.com/video/x4bd0f_le-destin-de-segolene_fun
(réalisée par ZeDedalus )

bon jour les villageois
bon jour Serval

Écrit par : Maghnia | samedi, 09 février 2008 07:05

Trois mois de révison pour un révisionniste, il va peut-être réviser son Histoire et espérons pour nous que ça sera la fin de son histoire....
quoi que:
http://menilmontant.noosblog.fr/mon_weblog/images/2008/02/08/lepenumpsarkozy.jpg

sinon bon week-end à vous!

Écrit par : skalpa | samedi, 09 février 2008 10:05

Je ne supporte pas la vue de cette photo. Désolée, je m'enfuis.

Écrit par : juliette dze | samedi, 09 février 2008 10:19

Juliette,

bien sur la photo est dure...bien sur...

Mais quand on "légalise" la torture sous couvert de "simulation" et "d'interrogatoire poussé", peut on encore se voiler la face ?

Écrit par : Serval | samedi, 09 février 2008 13:30

Un reportage sur la torture en algérie est passé sur FR3 il y a quelques semaines.

J'ai vraiment pris conscience de la nature de cette guerre, j'ignorais jusque la ce que j'ai découvert.

La torture en Algérie était une institution, des centaines de milliers d'Algériens ont été torturés.

Ce reportage m'a fait prendre conscience de l'ampleur de ce phénomène et surtout du systématisme de ces méthodes.

Des hommes ont témoignés avec les larmes aux yeux.

Alors, limiter les tortures à Le pen c'est un peu réducteur quand ont sait ce qu'il s'est produit.

Quand on voit d'honnêtes citoyens qui avouent avoir été pris dans un système qui les a broyé, et qui aujourd'hui, 40 ans après, pleurent comme des enfants on peut peut-être prendre un peu de hauteur et s'interroger sur l'humanité et le chemin qu'il serait bon qu'elle suivent.

Et ces questions n'ont rien à voir avec les pantins qui s'agitent au pouvoir (enfin c'est l'illusion qu'ils donnent), la laïcité et la république.

Rien à voir.

Écrit par : odm | samedi, 09 février 2008 14:17

Aux USA la torture réhabilitée, aux USA et en France le droit à l'avortement de plus en plus attaqué, en France et aux USA, les droits des citoyens de plus en plus rognés pour soit-disant combattre le terrorisme...

Bizarre, mais après le jugement sur les fœtus, la Justice française me parait de plus en plus réactionnaire... Ne serait ce qu'une impression ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | samedi, 09 février 2008 17:15

je ne sais pas pour la "justice française", cui cui l'oiseau
mais que Dati soit ministre de la Justice.. ça ce n'est pas du tout une impression
et que son président soit réactionnaire non plus!

Écrit par : Maghnia | samedi, 09 février 2008 18:34

Merci pour cet article.
C'est dommage que l'on étudie pas le livre d'Antelme au lycée.
Il m'aura fallu lire la bio de Duras pour le découvrir.
Alors que Robert Antelme devrait entrer au Panthéon.

Écrit par : RichardTrois | samedi, 09 février 2008 22:35

Toujours étrange cette idée, et pour tout dire anthropocentrique, selon laquelle la reconnaissance de variétés d'espèces humaines différentes - ce qui, soit dit en passant, fut bel et bien le cas dans un passé assez lointain (Néanderthal et Sapiens et d'autres encore) - serait la porte ouverte à l'exploitation voire à la destruction tranquille d'une espèce par une autre. Alors que, inversement, l'unité de l'espèce rendrait ces rapports de domination insupportables, moralement condamnables. L'espèce unique ou la métaphore de la sainte famille.

Écrit par : off | dimanche, 10 février 2008 00:04

Ecrit par : off | dimanche, 10 février 2008 00:04

Quel qu'en soient les raisons, notre espèce est unique dans son genre particulier celui des hominidés. Notre adresse est homo sapiens sapiens, c'est celle qui prime sur toutes les autres, car elle est universellement partagée. Nous avons cohabité avec une autre espèce humaine, homo sapiens Néandertalis, depuis leur disparition, nous sommes les seuls être humains.

L'espèce humaine est une unité, il n'y a pas de race, pas de sous-espèce. Nous avons le même patrimoine génétique. Je préfère la théorie de la Sainte Famille, à toutes les théories racistes qui opposent les êtres humains entre eux. Rappelons que dans certains pays, on n'hésite pas à utiliser pour décrire les individus, des données pseudo anthropologiques comme le type caucasien.

Robert Antelme a été confronté à une porte grande ouverte sur l'oubli que nous sommes tous des êtres humains, victimes et bourreaux. Que personne ne devient une bête, ni la victime, ni le bourreau, nous restons tous des êtres humains dans la souffrance et dans la cruauté. C'est donc toute l'espèce qui est responsable de la souffrance et de la cruauté.

Je ne suis pas allemande ou déportée, mais je porte en moins la honte et la souffrance d'Auschwitz, je ne suis pas américaine ou irakienne, mais je porte en moi la honte et la souffrance d'Abou Graim ou de Gantanamo. Je ne confonds pas dans son individualité la souffrance de la victime et la cruauté du bourreau, mais notre espèce porte dans son histoire la mémoire des cruautés qu'elle a accompli. Et de nombreux humains souhaiteraient qu'avec cette capacité de mémoire, nous soyons capables d'apprentissage.

Écrit par : nef | lundi, 11 février 2008 10:10

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu