Avertir le modérateur

« Le mauvais épilogue et la liberté | Page d'accueil | Univers sale »

lundi, 07 janvier 2008

Souriez, vous êtes fichés

 
 
On s'excuse, on sera (quasiment) les seuls à ne pas parler du mariage de Sarkozy avec Carla Bruni. Parce que c'est un Village ici, pas un bordel barnum. Donc on ne fera pas la retape pour quelques visites de plus. Et ce aussi, parce que cela ne vaut pas la peine de secouer la blogoboule de mes deux sphères (© Sébastien Fontenelle), pour une assertion, de source non connue, dans un journal contrôlé (c'est le moins qu'on puisse dire) par un pote du principal intéressé.

A propos de contrôle, la CNIL à trente ans. Ou plus exactement la loi n°78-17 visant à protéger les8a0f275c8961d2f03dabe8b2b0d35b9b.jpg données à caractère personnel.

Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

Oh, certes, un droit de rectification en petits caractères au bas de tous les formulaires, qu'ils soient destinés à être saisis ensuite sur des serveurs ou bien que l'on remplit nous-mêmes à chaque inscription sur un site marchand ou qui n'aspire qu'à le devenir, devenant ainsi les complices volontaires de notre propre fichage.

A part ça, rien. Ou si peu. Un rapport annuel, quelques admonestations, on agite un peu les bras histoire de dire qu'on est encore là, et que la soupe est bonne finalement...

Pas trop salée,  puisque tout est permis après un simple froncement de sourcil pour la forme. Un peu comme « les statistiques ethniques » autorisées en France depuis cet automne et qui ne présagent rien de bon, le fliquage du P2P, et encore les sites communautaires ou les internautes se jettent dans la gueule du loup en donnant sans aucun garantie réelle de confidentialité de multiples informations sur eux-mêmes pour ne citer que ces exemples. Pendant ce temps les bases de données pullulent, se croisent et s'entrecroisent, nourrissant boîtes aux lettres et boîtes mails de messages, ciblant les profils, segmentant la société, traquant les comportements, les envies, les choix et les attentes de chacun d'entre nous. Mettant en courbes et en statistiques notre vie privée. Le tout pour le plus grand « profit » de la société de surveillance, de délation (le fichier ELOI des étrangers expulsables) et de l'omniprésente société marchande.

Au bout de trente ans, à quoi à servi la CNIL ? Et quels intérêts sert-elle aujourd'hui ?

Pour aller plus loin :
http://www.ecrans.fr/A-30-ans-la-Cnil-est-deja-a-bout,2924.html
 
 
Le Village

Commentaires

Prétérition : Nom féminin. Figure de style où l'on commence par indiquer qu'on ne veut pas exprimer ce qui est néanmoins exposé dans la suite de la phrase ou du discours.

Écrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 11:46

Ecrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 11:46

Oui mais nous on explique pourquoi on ne veut pas l'exprimer ;-)

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 11:55

Qu'en pensez-vous?

http://www.europe1.fr/informations/articles/781081/vers-un-mariage-presidentiel-?.html

Écrit par : infox | lundi, 07 janvier 2008 12:20

"Le mariage règlerait pour eux les casse-tête protocolaires, certains pays n'acceptant pas les "petites amies"."


Ou Sarkozy rattrapé par le conservatisme mondialisé et ainsi forcé de rentrer dans le rang. arrgh !

Écrit par : néoffite | lundi, 07 janvier 2008 12:27

certains pays n'acceptant pas les "petites amies"."

Ecrit par : néoffite | lundi, 07 janvier 2008 12:27

Il n'a qu'a aller au "Macumba Night ", la au moins tu ne rentres pas si tu n'es pas accompagné ;-))

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 12:35

oui .. la CNIL sert.. au moins à calmer certaines "ardeurs" d'individus qui se permettent de mettre sur certains dossiers
"chaque enfant a un père différent.. madame se fait faire des gosses pour toucher l'API"
ça je l'ai lu .. donc je peux en parler
je me suis servie de la menace CNIL pour faire cesser ce genre d'abjection..
donc au moins dans ce cas là .. ça a servi
après.. aucun n'y a recours.. ou rarement.. parce que les "mal-traités" sont mal informés.
la CNIL est une arme.. faut pas hésiter à au moins la brandir.. comme dissuasion

Écrit par : la fourmi | lundi, 07 janvier 2008 13:17

j'ai oublié de vous dire merci de ne pas avoir parlé des deux enflés
pourtant dans un village..
;-))

Écrit par : la fourmi | lundi, 07 janvier 2008 13:21

Une histoire de fichage et de stigmatisation qui finit très mal :

http://www.nonfiction.fr/article-463-par_delicatesse__jai_perdu_ma_vie.htm

Écrit par : inf-off | lundi, 07 janvier 2008 13:55

Ecrit par : la fourmi | lundi, 07 janvier 2008 13:21

Oui mais c'est un village qui résiste encore et toujours à l'envahisseur médiatique ;-)

Ecrit par : inf-off | lundi, 07 janvier 2008 13:55

excellent bouquin. A recommander. (faudrait p'tet faire un case dans les colonnes pour signaler les bouquins interessants..)

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 14:20

"On s'excuse, on sera (quasiment) les seuls à ne pas parler du mariage de Sarkozy avec Carla Bruni. Parce que c'est un Village ici, pas un bordel barnum. Donc on ne fera pas la retape pour quelques visites de plus."

"Tags : CNIL, fichiers, informatique, Sarkozy, Bruni "

"on" fait pas la retape, mais on prends les visites en plus grâce aux tags...alalala...
Entre hypocrisie et foutage de gueule ?
(et après ça vient faire des morales sur le DEL...ha ha ha !)

Sinon, je suis d'accord la CNIL ne sert strictement à rien. Et pour rajouter un exemple, il n'y a qu'à voir comment la SNCF a chié sur les recommandations de la CNIL à propos du pass Navigo aka Dis moi ou t'es passé.


Peace ^^

Écrit par : Larim | lundi, 07 janvier 2008 14:26

Ecrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 14:20

Excellent idée. Dans ce cas il conviendrait d'ajouter une référence au dernier ouvrage de Jean-Claude Michéa, L'empire du moindre mal, Climats, 2007.

Entretien ici :

http://www.lepoint.fr/content/debats/article?id=199481

Écrit par : inf-off | lundi, 07 janvier 2008 14:35

Ecrit par : Larim | lundi, 07 janvier 2008 14:26

Une explication très simple :les tags sont mis en rapport avec le billet, et en rapport avec ceux du jour sur 20mn si un terme est repris dans le texte

Ce blog existe depuis moins d'un mois, les tags sont une manière de le faire connaitre, même (et surtout) pour parler d'autre chose.

Enfin et aussi curieux que cela puisse paraitre, dans les stats du blog les deux premiers mots clés qui menent à nous sont Betancourt et Obama...et franchement je ne sais pas pourquoi, nous n'avons pas abordés ces sujets dans un billet.

Pour le reste parfaitement d'accord avec toi sur l'(in)utilité de la CNIL qui n'est qu'une caution morale au service du pouvoir

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 14:45

Je met la question sur le tapis au prochain mail à destination des Villageois

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 14:45

Il manque le bracelet électronique à l'Homo Informaticus...

Écrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 15:33

Centre fermé, retention de sûreté, surveillance judiciaire potentiellement perpétuelle...
http://www.20minutes.fr/article/204579/France-Le-centre-ferme-de-Fresnes-pret-a-accueillir-les-pedophiles-dangereux-fin-2008.php

Souriez, vous êtes véritablement attachés car potentiellement récidivistes.

Écrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 15:35

"La singularité de Nicolas Sarkozy réside dans sa volonté de réduire sa part de comédie "
LE MONDE | 07.01.08 | 10h04

Son arrivée comme conseillère à l'Elysée a surpris consœurs et confrères. Après des années de journalisme politique, Catherine Pégard, 53 ans, ancienne rédactrice en chef du Point, passait de l'autre côté de la barrière peu après l'élection de Nicolas Sarkozy, dont elle avait chroniqué la campagne.

Apparement sans regrets et sans avoir l'impression de changer de métier. Mélange des genres ? Elle s'en défend et prend – pour la première fois – la parole : "Ma présence à l'Elysée est un hommage à ce que j'ai fait pendant trente ans." Explications.

Journaliste à l'Elysée

"Le passage de journaliste à conseiller est assez inédit, c'est pourquoi j'ai du mal à définir ce que je fais. Tout repose sur la liberté que m'a donnée le président de pouvoir tout voir et de pouvoir tout lui dire. Ce qui, je crois, l'intéresse, c'est mon regard singulier, mon expérience, différente de celle de ses autres conseillers. Le plus difficile avec quelqu'un qui parle beaucoup, qui agit beaucoup, c'est de faire apparaître sa cohérence sur la durée.

Si je dois résumer tout ça, je dirais que je continue à enquêter au service de Nicolas Sarkozy, d'abord auprès de lui, mais aussi auprès des parlementaires, des ministres, des journalistes, de tous ceux que je rencontre, avec l'obsession de voir ce que les autres n'auront pas vu."

Raconter une histoire

"Nous sommes là pendant cinq ans pour écrire une histoire avec les Français. Ce récit est jalonné par les discours et les actes du président. Mais si les ressorts de la pensée et de l'action sont dans les convictions, ils sont aussi dans ce que les hommes ont de plus profond, de plus intime. Certains ont voulu l'ignorer au nom d'une ambition supérieure. D'autres ont voulu le masquer. La singularité de Nicolas Sarkozy réside aussi dans sa volonté de réduire au minimum sa part de comédie .

La politique s'incarne dans des hommes. La communication consiste à montrer le président le plus possible dans la réalité de ce qu'il est et non pas à appliquer des recettes toutes faites, qui d'ailleurs ne marchent pas! J'ai découvert qu'il y a beaucoup d'humanité et d'humilité dans le travail de président de la République, beaucoup plus d'indulgence à l'égard des autres qu'on ne croit. Il faut être au plus près de cette vérité complexe.

C'est difficile parce que Nicolas Sarkozy n'est jamais dans le gris. Il est dans le blanc et dans le noir. Il les fait cohabiter. Quelqu'un a dit que j'essayais de mettre du lien, de la douceur dans un monde de brutes. C'est un peu vrai. Il y a beaucoup de maillons invisibles à la chaîne qui conduira au jugement que se feront les Français de Nicolas Sarkozy. J'essaye de repérer ces maillons."

Vie privée, discours publics

"Ses vacances en Egypte révèlent une part de lui-même et montrent, oui, qu'il n'est pas un personnage désincarné. Faudrait-il qu'il apparaisse comme un monomaniaque du pouvoir ? Il a le droit d'être heureux comme tout le monde ! Il ne peut échapper aux regards des autres, de la presse, c'est un fait, sauf à rester enfermé à l'Elysée et à vivre sa vie privée retranché dans ses appartements à partir de 20h30. Il a fait le choix d'assumer ça.

Tout le discours qui consiste à dire qu'il essaye de faire oublier sa vie privée dans ses discours publics ou l'inverse est faux. C'est un mauvais angle d'attaque. Comment imaginer que la vie des êtres, même quand il s'agit de celle du président de la République, puisse se mouler dans un plan com cynique ? Que je sache, le bonheur et le malheur échappent aux calculs."

Temps court, temps long

"Pour être au plus près des Français, il lui faut être le plus mobile possible. Pour cela, il compresse les séquences et donne l'impression de faire beaucoup de choses en même temps, en tout cas plus que beaucoup d'autres. Il refuse les temps morts, les agendas fixes. On dit que c'est une manière d'empêcher la presse de faire une analyse critique. Piètre conception du journalisme! Ce n'est pas parce qu'il va vite que les journalistes sont impuissants. Il faut s'adapter au logiciel de Nicolas Sarkozy, le comprendre. C'est vrai pour les journalistes, mais également pour son entourage et ses ministres.

En revanche, quand il évoque la politique de civilisation , il élargit considérablement son horizon temporel. Là, il est dans le temps long du président de la République. C'est une dialectique compliquée entre la rapidité, la réactivité, la gestion et le temps long dans lequel s'inscrivent une vision, des valeurs. Mais c'est toujours exprimer une volonté politique. La question du rythme est secondaire."

Etre président

"On dit : Il désacralise la fonction, la banalise. Là encore, voilà une idée fausse. On peut être proche des Français, leur ressembler et avoir une très haute idée de la fonction présidentielle. On ne le verra jamais mettre un bleu de travail quand il va dans une usine pour faire ouvrier! Quand il se fait insulter par un pêcheur et qu'il réplique, il réagit dans la pression de l'instant. Mais cinq minutes plus tard, lors de la table ronde qui suit, on le retrouve président de la République. Plus le temps passe, plus d'ailleurs il habite la fonction.

Prenons l'exemple de ses vœux au Français. On dit : Il est trop classique, il se chiraquise. Mais il ne va quand même pas faire le poirier pour être différent! C'est un acte solennel, comme celui de passer les troupes en revue pour le 14-Juillet. Son obsession n'est pas Chirac. Son obsession est de ne pas être enfermé, momifié et pour tout dire, inopérant."

Les faux procès

"On le fait passer pour un butor qui n'aurait lu aucun livre, et ce d'autant plus facilement que sa prévention contre les cuistres lui fait forcer le trait en sens inverse. En le fréquentant, on s'aperçoit qu'il a lu beaucoup, que ses curiosités sont multiples, qu'il n'est pas seulement un enfant de la télé , comme il se présente. Quand ils le rencontrent, ses interlocuteurs changent d'avis sur lui, pas forcément d'idées, mais d'avis. Il y a beaucoup de tiroirs en lui, beaucoup de réflexion, d'interrogations, de doutes, peu d'a priori.

Il adore s'afficher dans la provocation, la transgression. C'est sa façon d'affirmer sa liberté. Mais il ne vient pas de nulle part. Ça fait trente ans qu'il se prépare à ce qu'il fait aujourd'hui. Si je peux arriver à faire comprendre que tout cela l'éloigne beaucoup de la comédie du pouvoir, j'aurai fait du bon travail."

Propos recueillis par Arnaud Leparmentier et Philippe Ridet

Écrit par : infox | lundi, 07 janvier 2008 16:05

De passage :

Je ne suis pas d'accord pour dire que la CNIL ne sert à rien ou ne sert que le pouvoir. On ferait mieux de revendiquer plus de moyens pour elle pour qu'elle joue réellement son rôle ce qui n'est pas le cas actuellement, là je suis d'accord.

C'est le pouvoir qui refuse les moyens à la CNIL : ne pas se tromper d'adversaire.

@ +

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 16:46

ouais, j'avoue, en fait, Juliette vous avait raison.

Peace ;)

Écrit par : Larim | lundi, 07 janvier 2008 17:51

comment j'écris mal, sorry !

Écrit par : Larim | lundi, 07 janvier 2008 17:51

Ecrit par : infox | lundi, 07 janvier 2008 16:05

Un pur chef d'oeuvre de propagande à la soviétique, à distribuer dans toutes les écoles du parti! Poutine n'obtient pas mieux de ses conseillers! mdr

Écrit par : etrun | lundi, 07 janvier 2008 18:04

CNIL ou pas, le fichier ELOI, censé faciliter la traque des sans-papiers et de leurs enfants scolarisés, est annoncé comme un progrès pour l'action des flics. Le tout dans une indifférence de plomb. Un silence sidérant.

Curieusement, en respectant les différences d'époques, on se trouve dans une situation quasi expérimentale qui nous permet de tester, sur nous-mêmes, la capacité d'admission de l'inacceptable par une population soi-disant attachée à son régime démocratique.

Oui, bien-sûr, on ne fait que traquer, appréhender, mettre en rétention (dans des locaux souvent abominables) des personnes en situation irrégulière et les renvoyer dans leurs pays d'origine.

Certes, on ne les tue pas. Mais on pourrait dire que dans les années quarante, non plus, on ne tuait pas sur place. On se contentait de traquer, de rassembler dans des lieux de rétention et d'envoyer le tout on ne sait où par wagons entiers.

Aujourd'hui, se préoccupe-t-on de savoir ce que les gens renvoyés vont devenir une fois de retour chez eux ? Est-on bien sûr qu'ils ne risquent rien d'autre que de mourir de faim - ce que nous acceptopns à l'avance d'un coeur léger - ? Du moins à en croire Rama Yade qui pas plus tard qu'hier déclarait que les Français soutenaient la politique d'immigration de Sarkozy. C'est bien possible qu'il y ait une majorité qui approuve ce qui se passe là, comme il s'en était trouvée une, même silencieuse, qui avait laissé étoiler des compatriotes, avant de les montrer du doigt, voire de les dénoncer, et des les accuser de tous les maux de la terre, des crimes qui justifiaient bien leur déportation.

Alors, la différence capitale entre ces deux périodes de l'histoire est que, de nos jours, tout cela se fait sans avoir besoin de recourir à la haine dirigée contre les victimes pour faciliter l'acceptation des mesures pudiquement qualifiées d'éloignement (d'où le nom du fichier ELOI) qui leur sont appliquées par ce qui nous tient lieu de gouvernement républicain paraît-il.

Alors la critique est facile, mais l' "art" d'inspiration d'extrême droite de ces mesures et qui plaît sans doute, hélas, largement au-delà des ces seules frontières, frôle ici l'ignominie...tranquille. On ne leur en veut pas. Rien de personnel. Simplement, ils sont de trop.

Écrit par : off | lundi, 07 janvier 2008 18:14

Ecrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 16:46

En fait tu as mis le doigt dessus.

Aucun des pouvoirs qui se sont succédés depuis 78 n'a donné des moyens à la CNIL.

En l'état actuel, elle ne sert à rien. Quant à revendiquer des moyens, c'est une bonne idée, mais le problème c'est malheureusement peu de gens se sentent concernés...(hélas)

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 19:05

et notre ami google, il se marre!!!!

http://static.flickr.com/1/965199_08ba33f7b9.jpg

http://blog.i-spirit.fr/photo/734509-898535.jpg

Merci à lui pour ces images....
Pendant 2 ans, google se souviendra de ces informations....

Écrit par : skalpa | lundi, 07 janvier 2008 19:30

j'aime beaucoup vos interventions off
dommage que je manque de temps
bizzzz

Écrit par : la fourmi | lundi, 07 janvier 2008 20:24

juste pour vous souhaiter une bonne nuit villageois et villageoises

http://www.youtube.com/watch?v=lKg4g9zMeHI

Écrit par : la fourmi | lundi, 07 janvier 2008 20:35

Un rebond (boiiing) par le président de la CNIL :
http://www.liberation.fr/rebonds/302042.FR.php

Écrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 21:45

Ben merde alors !
Nous sommes fichés ?

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:07

Ecrit par : f | lundi, 07 janvier 2008 21:45

Les grands esprits se rencontrent, je venais justement pour le signaler !


Il modère ou corrige certains propos de Foreste dans Ecran. J'ai trouvé intéressant qu'il dise :
"Je dois aussi reconnaître que, lors du vote de la loi de finances pour 2008, un premier effort - le plus important depuis 1978 - a été accompli pour augmenter le budget de notre commission de façon à rattraper notre retard vis-à-vis des autres commissions de l’Union européenne."

Dans ce domaine, l'UE joue plutôt un rôle d'aiguillon positif. On ne va pas s'en plaindre, pour une fois que c'est le cas.

Il montre que depuis la réforme de la CNIL, son rôle s'est développé même s'il reste encore bien en deça de ce qu'il devrait être :

"Le nombre de vérifications sur place menées par la Cnil au sein de services administratifs, d’entreprises ou de collectivités locales, est en constante progression (164 contrôles réalisés en 2007 contre 31 en 2003 et une dizaine par an en moyenne auparavant). En outre, la formation restreinte chargée de prononcer des sanctions y compris financières, a prononcé 115 sanctions cette même année."

"

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 22:07

Ecrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:07

Fiché, on s'en fiche, fichtre, il y a bien quelques fichus moyens de se sortir de ces colifichets ! ;-)

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 22:09

Juliette
je tenais à vous dire mon admiration devant votre attitude de ces derniers jours.
Vous êtes brillante, drôle, pertinente, unvrai plaisir...
Continuez ainsi, pour mon plus grand plaisir...
Le village vous va bien.
Si si.

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:26

Fichet ?

Ah la Vache(ette) !

Bon ok je sors...

;-))

Écrit par : Serval | lundi, 07 janvier 2008 22:30

Ha oui, Juliette.
l'Europe joue toujours un rôle d'aiguillon positif dans ce pays gouverné par des truffes...

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:32

Ecrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:26

Vil flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute ;-)

___________________

l'Europe joue toujours un rôle d'aiguillon positif dans ce pays gouverné par des truffes...

Ecrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 22:32

Si seulement c'était vrai... (pour le "toujours", pas pour les truffes)

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 22:55

Un exemple que je crois avoir déjà donné sur le DEL. Aux Subsistances, une friche culturelle de Lyon, on a imposé aux artistes résidents pendant un an et demi une borne biométrique avec empreinte digitale, en toute illégalité. (La CNIL s'oppose théoriquement fortement à ce système, sauf pour des installations telles que la Banque de France ou les centrales nucléaires! La Firche n'avait même pas d'autorisation... Si de telles dérives sont possibles, à quoi sert-elle?
(Cela dit, le plus grave, dans cette affaire, c'est que seule une artiste ait bronché. Puor avoir publié sa tribune, la revue pour laquelle je travaille a été menacée de procès par le directeur des Subsistances, qui bluffait en prétendant que tout était parfaitement légal... mais qui a procédé au changemnet de borne dans les 15 jours!

Écrit par : valdo lydeker | lundi, 07 janvier 2008 23:00

"le plus grave, dans cette affaire, c'est que seule une artiste ait bronché. "

Tout à fait d'accord.

Le directUeur voulait peut-être faire une performance ;-)

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 23:03

je suis un européen con-vaincu, désolé.
mais le petit Français croit toujours dans ses vieilles lunes.

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 23:06

Les artistes ne sont pas connus pour être de grands resistants....

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 23:07

Ce sont souvent les putes du pouvoir en place.....

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 23:08

Voir des collabos de première bourre..

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 23:09

4 post pour une phrase ! Le style fait l'homme... :-))

Sur ce je vais retrouver Cormac.

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 23:12

Mac

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 23:13

Carthy




C'est juste pour être à la hauteur :-))

Écrit par : juliette dze | lundi, 07 janvier 2008 23:13

Bonne nuit juliette ;-)))

Écrit par : odm | lundi, 07 janvier 2008 23:17

ça rigole pas au dze land....

Écrit par : odm | mardi, 08 janvier 2008 00:39

Sébastien Fontenelle va déménager.
http://vivelefeu.20minutes-blogs.fr/archive/2006/09/26/ce-blog-est-en-rtt.html#comments
Y aura-t-il pendaison de crémaillère ? Si oui, pour l'occasion rouvrira-t-il les commentaires ? (comme le réclame l'AFROSFBC = association for the re-opening of Sebastien Fontenelle's blog commentaries, l'association pour la réouverture des commentaires du blog de Sébastien Fontenelle).

Écrit par : Communiqué de l'AFROSFBC | mardi, 08 janvier 2008 04:00

Bonjour les gens
bonne journée à vous

Écrit par : skalpa | mardi, 08 janvier 2008 07:45

Un site intéressant, celui de l'observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/

Écrit par : inf-offa | mardi, 08 janvier 2008 09:00

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu